Le Château du Marquis de Sade

Situé sur la commune de Lacoste, ce château date du XIe siècle, mais a été largement modifié par la suite.
Il est longtemps resté la propriété de la famille des Simiane.
Deux hypothèses s'affrontent quant au passage des Simiane à la famille du Divin Marquis de Sade.
- En 1627, Diane Simiane épouse Jean-Baptiste de Sade, ancêtre du Marquis de Sade, qui devient alors propriétaire du domaine.
- En 1716, Isabelle Simiane lègue le château à son cousin Gaspard-François de Sade, Seigneur de Saumane et de Mazan.
Cette dernière hypothèse reste la plus plausible.
Le marquis de Sade y séjourna de 1769 à 1772, entre le scandale d'Arcueil et celui de Marseille, puis après celui-ci et sa fuite en Italie, s'y réfugia jusqu'à son incarcération au donjon de Vincennes en 1777.
Évadé lors de son transfert à Aix, il s'y réfugiera une dernière fois du 16 juillet au 7 septembre 1778 avant d'être reconduit à Vincennes.
C’est en 1772 qu'il fit ici son plus long séjour, au cours duquel il se fit construire dans son château un théâtre pouvant accueillir 120 spectateurs à chaque représentation.
En 1952, André Bouer, professeur des collèges, en devint propriétaire et se consacra alors à sa restauration.
En 2001, Pierre Cardin achète le Château qui est actuellement en cours de rénovation.
Chaque année, en été, il organise, dans les carrières à l'ouest du château, le festival de Lacoste, festival artistique.

A visiter : Une partie des appartements du Marquis de Sade qui perlettent de découvrir des meubles de la collection privée de Pierre Cardin acquis au cours de ses nombreux voyages (Inde,Chine, Italie...) et des oeuvres d'art contemporain sélectionnées par le Célèbre Couturier.

Du château on bénéficie de superbes vues depuis les terrasses sur la vallée du Calavon, les Monts de Vaucluse avec en arrière plan le Mont Ventoux et les Alpes, mais aussi sur le village de Bonnieux que l'on aperçoit sur une proche colline.
Le Divin marquis avait décrit son château dans « La Marquise de Ganges » et dans « Les cent vingt journées de Sodome ».
Pierre Cardin possède une autre propriété étonnante, le Palais Bulles dans les Alpes-Maritimes.

 

Chemin du Château
84480  Lacoste

Tél. : 04 90 75 93 12
 

http://luberon.fr/communes/lacoste/ 


www.lacoste-84.com
 

 


Pour aller plus loin...

Villages du Luberon, tome 2

Cliquez sur l'image

Vous souhaitez en savoir plus sur ce village


Le Marquis de Sade

Cliquez sur l'image

Vous souhaitez lire du Marquis de Sade


Les châteaux de Sade

Cliquez sur l'image

La sulfureuse figure du marquis de Sade est inextricablement liée à l'image de châteaux inquiétants et de terribles forteresses.

La Bastille d'abord, symbole de l'arbitraire de l'Ancien Régime, mais aussi le donjon de Vincennes, les forteresses de Pierre-Encize, de Miolans... Autant de lieux de réclusion dans lesquels Sade aura passé la moitié de son existence. Les autres châteaux qu'évoque pour nous le nom de Sade sont ceux qui peuplent ses romans, inspirés en grande partie par les auteurs du roman gothique anglais que Sade affectionnait.

Et en premier lieu le plus célèbre d'entre eux, le château de Silling des Cent Vingt Journées de Sodome. Espace infernal et clos où l'orgie se voit haussée au niveau d'une véritable ascèse du crime. Mais il existe une troisième catégorie de châteaux sadiens, comme ceux qui se trouvent évoqués dans cet ouvrage. Situés en Provence, à quelques kilomètres les uns des autres, Lacoste, Mazan et Saumane sont des propriétés de famille qui ont vu Sade enfant, puis jeune seigneur, prenant plaisir à parler le provençal avec ses vassaux.

C'est dans ces demeures de la liberté et des jours heureux, au milieu des pins, des amandiers, du vignoble du Lubéron, que le futur reclus de la Bastille a aimé bien des femmes, mais s'est aussi livré corps et âme à sa passion pour le théâtre, inventant peut-être alors le premier "festival". Ces forteresses, que ce livre célèbre par le texte et l'image, ont traversé les siècles et nous aident aujourd'hui à mieux comprendre celui qui y vécut, avant de composer entre les quatre murs d'un cachot l'une des oeuvres littéraires les plus radicales et subversives de tous les temps.
Les 120 journées de Sodome ou l'École du libertinage: L'oeuvre maîtresse du marquis de Sade

Cliquez sur l'image

Les Cent Vingt1 Journées de Sodome, ou l'École du libertinage est la première grande œuvre du marquis de Sade, écrite à la prison de la Bastille en 1785. Telle qu’elle est, l’œuvre ne présente qu’une version inachevée, que l’auteur eût probablement poursuivie s’il ne l’avait perdue en 1789, à moins que, comme l'écrit Michel Delon, elle ne soit « inachevable », ne pouvant pas « montrer ce qui excède l'imagination ».
La bibliothèque du marquis de Sade au château de La Coste

Cliquez sur l'image

À voir également dans le département

La Maison du Costume Comtadin ou le Magasin Drapier

placePernes-les-Fontaines - Vaucluse 
label Musées & Collections  

Châteauneuf de Gadagne, la Provence à fleur de peau…

placeChâteauneuf de Gadagne – Vaucluse 
label Bastides, Villes & villages  

Le Musée-bibliothèque François Pétrarque

placeFontaine-de-Vaucluse - Vaucluse 
label Musées & Collections  
Le Musée des Arts et des métiers du vin

Le Musée des Arts et des métiers du vin et son plus vieux tonneau au monde

placeAnsouis – Vaucluse 
label Records : Les + et les - Gastronomie [à boire] Musées & Collections  

Découvrez les régions du Grand Sud