Il était une fois L'Ange-Gardien...

L’Ange-Gardien, navire du corsaire agathois Claude Terrisse renait grâce à Michel Rézé qui l'a reconstruit à l'identique. 

Claude Terrisse est l’une des grandes figures maritimes agathoises. Né à Agde en 1598, il est attiré par la mer de manière irrésistible. 

Il passe quelques années comme corsaire au service du duc de Savoie et obtient le commandement de plusieurs navires afin de pourchasser les pirates sévissant sur les côtes de Sardaigne.

En 1635, Louis XIII et Richelieu engagent le royaume dans la guerre de trente ans, qui oppose entre autres la France à l’Espagne. 

Ils enjoignent Terrisse de revenir servir le royaume et l’aident à armer l’Ange-Gardien. Il va s’ensuivre de longues années d’expéditions, de batailles, de convoyages de navires marchands, de protection des côtes jusqu’à Barcelone et au delta de l’Ebre.

Sa carrière maritime terminée, Terrisse deviendra intendant général du Languedoc, remercié à plusieurs reprises par Louis XIV.

Il finira sa carrière politique à Agde où il occupera la fonction de premier consul. 

Près de trois siècles plus tard, un homme décide de redonner vie à l’Ange-Gardien.

Cet homme, c’est Michel Rézé, installé à Agde depuis plus de 25 ans et bien connu pour avoir été le patron du Vieux-Crabe, cet ancien thonier de 1951 à bord duquel il embarqua des estivants pour des sorties inoubliables à partir du Grau d’Agde.

 

Michel Rézé a connu plusieurs vies...

En 2003, il rachète un premier chantier naval situé dans la zone industrielle d’Agde, où il commence entre autres la construction de barques à rames traditionnelles. Puis en 2006, il fait l’acquisition de ce chantier historique centenaire sur les bords de l’Hérault où il travaille toujours. 

L’Ange-Gardien, il y pensait depuis longtemps. 

Il connaissait les dimensions du bateau corsaire. 

L'idée était donc de trouver un vieux bateau en bois ayant les bonnes dimensions, et de le transformer pour qu’il ressemble le plus possible à ce que devait être l’original. Après de longues recherches, il finit par tomber sur la trace d’un ancien bateau de pêche au lamparo.

Au cours des deux années qui suivirent, quelques travaux urgents et nécessaires furent accomplis sur la coque. 

Mais ce n’est que lorsque le Vieux-Crabe fut vendu en mars 2019 que le chantier put réellement commencer.

Au final, le grand mât portera 60m² de voilure, le trinquet  en soutiendra 40,  tandis la mitjane en portera une vingtaine. Une polacre pourra être rajoutée au vent portant.

En août 2020 eut lieu la première sortie du navire.

 

À voir également dans le département

Les glacières d'Agde

placeAgde – Hérault 
label Edifices remarquables  
Pharmacie et Chapelle de la Miséricorde

Pharmacie et Chapelle de la Miséricorde

placeMontpellier - Hérault 
label Musées & Collections Cultes religieux, mystiques & païens  

Le bœuf de Mèze

placeMèze – Hérault 
label Z'animaux  
Saint-Martin-de-Londres

Saint-Martin-de-Londres, typiquement languedocien

placeSaint-Martin-de-Londres – Hérault 
label Cultes religieux, mystiques & païens Bastides, Villes & villages  

Découvrez les régions du Grand Sud