Saint Gaudens : il y avait un circuit..., aujourd'hui un musée

Un peu d’Histoire…

Il y avait un circuit et aujourd'hui un musée.

Le circuit automobile du Comminges est un ancien circuit automobile situé à proximité de Saint-Gaudens.

À l’origine, la course automobile est créée pour attirer les touristes dans la région de Saint-Gaudens.

Le circuit de 27,66 km est établi en 1925 entre les villes de Saint-Gaudens et de Montréjeau.

Le terrain vallonné permet d’avoir une bonne vue sur les parties critiques du circuit ; la zone de départ et la zone d’arrivée.

Le Grand Prix du Comminges est la principale épreuve disputée sur ce parcours qui a également accueilli le Grand Prix de France en 1928.

Entre 1925 et 1954, 18 Grands Prix auto et 16 Grands Prix moto s'y disputeront.

Le circuit acquiert rapidement une renommée internationale et en 1928 s'y court le Grand Prix de France.

Puis il connaît quelques modifications en fonction des évènements et du nombre de participants.

  

Le miracle Dreyfus

En 1932,  une catastrophe est évitée de peu…

Il pleut et René Dreyfus est en tête sur sa Bugatti lorsqu'il dérape dans un virage serré,est éjecté et sa voiture effectue plusieurs tonneaux en direction de la foule.

Par miracle la voiture entre en collision avec un petit arbre qui la stoppe net. Dreyfus reprendra ses esprits pour découvrir qu’il ne souffre finalement que de blessures minimes.

En 1933, la longueur du parcours est réduite à 11,005 km, la ligne droite s'étend sur 6 km.

et des tribunes pouvant accueillir près de 12 000 spectateurs sont construites.

Une controverse sur la réglementation des courses automobiles entraîne un boycott des écuries officielles qui ne permet pas aux épreuves de 1937 et 1938 d’avoir lieu.

Le Grand Prix de 1939 est remporté par le français René Le Bègue.

Interrompu par la seconde Guerre mondiale, le Grand Prix du Comminges reprend en 1947.

Les bénéfices de la course servaient généralement à alimenter une action de bienfaisance locale et cette édition de 1947 servira pour les prisonniers de guerre.

L'épreuve de 1948, remportée par le pilote italien Luigi Villoresi, attire 80 000 spectateurs.

En 1952, la longueur du circuit passe à 4,407 km à l'occasion de la course de Formule 2, catégorie retenue alors pour le championnat du monde des pilotes.

Au deuxième tour, le pilote français André Simon doit céder sa Ferrari à Ascari, victime d'un accrochage, ce dernier remportera la victoire.

Ce sera la dernière grande course à se tenir au Comminges.

 

Le musée

Si le circuit n'existe plus sa mémoire persiste. Pendant près de vingt ans, une équipe de passionnés menée par Michel Ribet a œuvré pour réunir un ensemble de pièces et de collections qui témoignent de cette riche histoire. Ces trésors de l'aventure automobile sont exposés dans ce musée documentaire qui permet de découvrir l'histoire du circuit, mais aussi celles des grands événements nationaux. Grâce à un partenariat avec l'INA, vous pourrez voir toutes sorties de films d'archives, y compris des enregistrements de courses d'avant-guerre !

En effet, le site regroupe toute l’histoire documentée sous toutes formes des 18 Grands Prix Autos et 16 Grands Prix Motos du Comminges durant la période 1925/1954. Il comporte un « espace historique » avec toute l’histoire sportive du Circuit et les grands événements comme les Grands Prix de France (ACF).

 

 

Musée Circuit du Comminges  

Rue des chanteurs du Comminges,

31800 Saint Gaudens

 

 

 

À voir également dans le département

Oeuvre de Toutain à Diagora Labège

Jean-Louis Toutain, sculpteur et peintre

placeToulouse – Haute-Garonne  
label Gens d'ici  

Les Visiteurs... le retour

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  

L'Aérothèque

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Musées & Collections  
Jean Mermoz - le Gymnase

L'accident de Jean Mermoz

placeCapens – Haute-Garonne 
label Gens d'ici Etonnant... non ?  

Découvrez les régions du Grand Sud