L'art naïf de Mady de la Giraudière

label

Mady de La Giraudière, née le 3 avril 1922 à Lavelanet dans l'Ariège, est  peintre, illustratrice et lithographe et … toujours ariègeoise.
Mady  passe son enfance à Lavelanet, dans une famille qui pendant de longues années a consacré son activité au développement de l’industrie textile. À la fin de ses études, à 19 ans, elle souhaite entrer à l’école des Beaux-Arts, mais se heurte au véto de son père, grande figure de l’industrie lavelanétienne. Passionnée de dessin et de peinture depuis sa plus tendre enfance, elle travaille donc seule.
Vers 1955, elle rencontre Anatole Jakovsky, « Le pape des Naïfs », qui la guide pour combler son manque de formation artistique et exige d’elle beaucoup de travail dans l’espoir de pouvoir organiser une première exposition à Paris. Elle peint alors une centaine de toiles en 3 ans, dont une quarantaine sont sélectionnées par Anatole Jakovsky qui organise sa première exposition à la galerie Henri Benezit à Paris.
Cette exposition fut un véritable évènement car c’était la deuxième exposition consacrée à un seul peintre naïf dans la capitale.
Elle a été sélectionnée pour participer en 1997, avec ses filles Chin et Nang, à la troisième édition de « La vie de château » au centre culturel français de New-York, en compagnie de trente-neuf autres artistes et artisans d’art français.
Ses toiles figurent dans les musées de naïfs à Nice, à Vicq, à Laval, à d'Aubigny (Oise) à Lausanne, à Londres, à Tokyo, à New York. Sept de ses œuvres, des tableaux de 1,70 m sur 1,30 m qui racontent la vie du Christ, figurent dans l’église de Lavelanet.
L’artiste a également prêté son concours pour rénover la salle des mariages de cette même ville.
En lui remettant en 1987 la médaille des Arts et Lettres, Paul Guth la salua comme « Notre-Dame de la peinture naïve ».
En 2012, l'Ariègeois Jean Pierre Bel, Président du Sénat la décore également et déclare : « Mady, c'est l'âme même de toutes les sociétés humaines » et rajoutait « votre œuvre est riche et variée; ici, règnent les mots conquête et générosité. Conquête car votre peinture est partie à la rencontre du vaste monde; générosité de caractère dont vous avez fait preuve tout au long de votre vie, et enfin générosité envers Lavelanet. C'est à Lavelanet que sont vos racines, vous contribuez à son rayonnement... vous êtes ici partout présente pour notre plus grand enchantement ».

 

Mady de la Giraudière est décédée le 24 février 2018 à Lavelanet. 

 

À voir également dans le département

Le pays de l'Ours

placeErcé - Ariège 
label Z'animaux  
La dent de Sainte Apollonie

La dent de Sainte Apollonie

placeLézat-sur-Lèze – Ariège 
label Saints, guérisseurs et autres miracles... Etonnant... non ? Cultes religieux, mystiques & païens  
Ronald

Une confiture ariégeoise pour McDonald’s

placeLorp-Sentaraille - Ariège 
label Etonnant... non ?  
Appy - Zoe

Appy, première ville « 100 % véhicules électriques » de France

placeAppy – Ariège 
label Etonnant... non ? Made in Grand Sud Bastides, Villes & villages  

Découvrez les régions du Grand Sud