Des moines bénédictins experts en sandales !

Bienvenue en Nouvelle-Aquitaine, au monastère des bénédictins de Sainte-Marie de la Garde. Sur place, les moines sont connus (et ont défrayé la chronique en septembre 2019) pour leurs sandales en cuir. Oui, oui, à partir du cuir brut, ils font de nombreuses sandales, sous différents modèles, pour les particuliers et communautés religieuses ! Comme quoi, l’artisanat des moines continuera de surprendre… 

Les 17 moines bénédictins, actuellement installés sur place depuis 2002 sont issus de l’abbaye du Barroux en Provence, en tant que « fondation » !

Par leur observance traditionnelle de la vie monastique bénédictine, ils sont ainsi parmi les seuls en France à porter la tonsure !

Vous pourrez le voir notamment si vous participez à un de leurs office un jour dans leur église ! 

Mais revenons un peu sur les origines de cette communauté, qui n’a pas fini de nous surprendre...

 

Les origines du monastère de la Garde

Comme nous vous le disions, le monastère Sainte-Marie de la Garde puise ses origines en Provence, à l’abbaye du Barroux (sa maison mère). Dom Gérard, le fondateur de l’abbaye, est un ancien moine de Tournay, et recherche une vie monastique plus traditionnelle, et s’isole pour cela en tant qu’ermite. Mais très vite de nombreux postulants sont attirés par sa vie… et une communauté se crée. Après des années et de longs travaux, en 1989, la communauté peut ainsi s’installer au Barroux ! La communauté grandit si vite qu’ils sont soixante moines en 1999 : il faut désormais songer à créer une fondation… et c’est justement la naissance du projet du monastère Sainte-Marie de la Garde, près d’Agen !

 

Du courage à l’ouvrage !

En 2002, huit moines du Barroux arrivent au sommet d’un vallon, au lieu-dit « Lagarde », pour redonner vie aux murs d’un ancien fort du Moyen-Âge. C’est la création du monastère Sainte-Marie de la Garde. L’ancienne maison de maître fait place au réfectoire et les bergeries sont transformées en ateliers ou en chapelle. Tout est local : les bénédictins utilisent la pierre de Puymirol, les tommettes agenaises, et créent un clocher mur (courant dans cette région)… La chapelle est aussi dédiée à sainte Foy, martyre locale morte en 303 !

 

Et face au dynamisme de la communauté, les moines sont désormais obligés de faire de nouveaux travaux pour accueillir dignement les nouveaux postulants ! Dès 2010 sont lancés de grands travaux pour restaurer les bâtiments actuels, puis construire un cloître et une église abbatiale, permettant d’accueillir en tout 40 moines ! 

 

Et aujourd’hui ? 

Aujourd’hui, 17 moines bénédictins vivent donc au monastère Sainte-Marie de La Garde et suivent la règle de saint Benoît : « ora et labora » (« prière et travail »). Ils prient ainsi huit fois par jour. Le premier office est à 3h30 ! Pour balancer les temps de prière, les moines travaillent de leurs mains pour assurer leur subsistance. En plus des tâches habituelles (hôtellerie, magasin, ménage, cours…), les moines du monastère de La Garde sont spécialisés dans la confection de sandales et la récolte de noix.

Les produits du monastère Sainte-Marie de la Garde (notamment leur miel aux nois et leurs noix au miel) sont disponibles sur place à l’abbaye, dans des boutiques partout en France, ainsi qu’en ligne chez Divine Box :https://divinebox.fr/categorie-produit/producteurs/monastere-sainte-marie-de-la-garde/

 

 

Deux petites infos en plus

·          Le blason du monastère représente un cèdre sous une étoile. Le cèdre (symbole biblique), suggère la force tranquille, la justesse, la patience. L’étoile renvoie à Marie, ainsi que la devise « respice stellam » en latin, signifie « regarde l’étoile ».

·          Les frères réalisent trois modèles de sandales : les Hildegarde et les Scholastiques pour les femmes (avec un talon), et les Benoît pour les hommes. Même si c’est plutôt rare, les moines font aussi parfois des réparations et des modèles sur-mesure !

 

 

Sainte-Marie de la Garde

Lagarde,

47270 Saint-Pierre-de-Clairac

Tel : 05 53 66 28 20

https://www.la-garde.org/

 

À voir également dans le département

Le musée du fer à repasser

placeSoumensac – Lot-et-Garonne 
label Musées & Collections  
 Le Chêne de Tombeboeuf

« Le Chêne de Tombeboeuf », arbre de l'année

placeTombeboeuf - Lot et Garonne 
label Rien que le nom m'amuse... Curiosités naturelles  

L'étonnant château de Monsieur GIFI

placeSaint-Sylvestre-sur-Lot - Lot et Garonne 
label Châteaux & Monuments  
Le Château de Bonaguil

Le Château de Bonaguil, ensemble unique en Europe, aux proportions gigantesques

placeFumel – Lot-et-Garonne 
label Edifices remarquables Châteaux & Monuments  

Découvrez les régions du Grand Sud