Le plus grand musée de cornemuses et de cabrettes au monde

Au hameau de Vines, à Cantoin le musée de la Cornemuse du Massif Central vous propose une immersion dans le monde de cet instrument pas comme les autres. 

Une exposition exceptionnelle des principales cornemuses du monde et bien d'autres surprises sur les instruments cousins de la cabrette.

L’ambition de ce projet est de conserver et de présenter le patrimoine musical du Massif Central et en particulier de rassembler dans un lieu public les nombreux acteurs qui ont créé la dite culture auvergnate et faire en sorte de garder et transmettre l'héritage.

  

Les origines 

Aucune réponse définitive n’est réellement disponible aujourd’hui sur l’origine de la cornemuse. 

La plus ancienne des cornemuses provient d’un sarcophage trouvé en Mésopotamie et daté de 5000 ans avant J.C. L’aulos dans la civilisation hellénique, la cornemuse du « Roman de Flamenca » puis la musette baroque jouée de 1600 à 1750 environ, notamment celle représentée par Watteau au 18e siècle. 

A travers la musette baroque, la cornemuse passe de la tradition orale à la musique écrite. 

Si elle tombe dans l’oubli après la révolution, elle survit toutefois au travers de nombreuses cornemuses plus populaires qui lui emprunteront sa forme, sa perce, son soufflet, ses bourdons regroupés sur le côté ou son boîtier à boules et ce tant en France (cabrette, musette Béchonnet), qu’à l’étranger.

Autrefois le sac, ou poche, cette outre en peau de chèvre qui lui aurait donné son nom se gonflait à la bouche comme la plupart des cornemuses. 

L’adjonction du soufflet est récente. Elle remonte au milieu du 19e siècle et correspond aux premiers flots importants d’émigrés vers la capitale. 

Il est vraisemblable que les fabricants de musette de cours, en perte de vitesse, aient trouvé avec les gens du Massif Central une clientèle, leur procurant l’avantage de moins se fatiguer et d’obtenir un son perçant plus ou moins aigrelet.

Bien des parisiens appelaient alors cet instrument « la musette ». 

Au début de ce siècle, le mariage de l’accordéon et la cabrette donna naissance au bal musette. 

Ce dont nous sommes sûr c’est que la colonie Auvergnate a été l’artisan du maintien de l’instrument qui fut bien prêt à disparaître.

 

 

Musée de la cornemuse du Massif Central
Vines

12420 Cantoin

 Tél. : 06 43 32 48 88

maison.cabrette@orange.fr

 

http://cantoin.com/maison-de-la-cabrette-et-des-traditions-de-laubrac/

 

À voir également dans le département

Castelnau-Pégayrols - les deux églises

Castelnau-Pégayrols, village médiéval en Aveyron

placeCastelnau-Pégayrols - Aveyron 
label Bastides, Villes & villages Edifices remarquables  

Conques, haut lieu de la Chrétienté dans un cirque naturel

placeConques – Aveyron 
label Grands sites  
Sainte-Eulalie d’Olt,

Sainte-Eulalie d’Olt, cité médiévale, ville d'art

placeSainte-Eulalie d’Olt – Aveyron 
label Bastides, Villes & villages  
Le Musée Soulages

Soulages le centenaire...

placeRodez – Aveyron 
label Gens d'ici Musées & Collections Etonnant... non ?  

Découvrez les régions du Grand Sud