Le Fort Saint-Elme que Picasso voulait acheter

A l'origine seule une tour de guet avait  été construite au 9e siècleet  permettait, déjà aux populations de se protéger des envahisseurs

Le 27 juin 1344, le roi d'Aragon, Pierre IV, occupe le Cérémonial de Collioure, qui dépend alors du roi de Majorque. 

Il entreprend la construction de fortifications au pied de la tour. 

Plus d'un siècle plus tard, sous la première occupation française (1462-1493), sous Louis XI, les remparts sont reconstruits et complétés pour accueillir une plus grande garnison.

Puis l'empereur Charles Quint décide en 1538 de construire une défense autour de la tour d'origine pour approvisionner et défendre Collioure et Port-Vendres.

Le fort fut achevé en 1552.

L'occupation du Roussillon est définitive après le Traité des Pyrénées en 1659. 

Sous Louis XIV, Vauban renforce le système de défense de la région et en particulier Collioure.

Au fort Saint-Elme, des fossés et des défenses sont construits.

Après la révolution, le fort est devenu un magasin militaire jusqu'à la démilitarisation en 1903. 

En 1927 le fort fut acheté par un mécène qui fit travailler de grands architectes qui lui redonna son éclat d'antan. 

Le Fort,  privé et habité, est inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Picasso imaginait acheter le fort, mais il n'était pas à vendre !

De 1942 à 1944, le fort Saint-Elme fut occupé par la marine allemande, ce qui en fit un poste d'observation pour anticiper un débarquement allié.

Lors du retrait des troupes allemandes, Port-Vendres est détruit et le fort pillé. 

Il est partiellement reconstruit. 

Depuis 2000, des travaux importants ont été réalisés dans le fort, dans les tranchées et dans les jardins, et en 2008, le Fort Saint-Elme est ouvert au public et l'on peut le « privatiser » pour des fêtes ou des mariages.

 

Fort Saint Elme,

66190 Collioure

Tél. : 06 64 61 82 42

 

infos@fortsaintelme.fr

 

https://www.fortsaintelme.fr/

 

 

À voir également dans le département

Payote, cette espadrille « Made in France » qui sent bon

placePerpignan – Pyrénées-Orientales 
label Made in Grand Sud  
El centre del mon

Deux centres du monde pour le prix d'un !

placePerpignan - Pyrénées-Orientales 
label Etonnant... non ?  

Le Prieuré Sainte-Marie de Serrabone, un chef d’œuvre de l’art roman

placeBoule d’Amont – Pyrénées-orientales 
label Edifices remarquables  
Le Canigou

Le Canigou, montagne sacrée des Catalans

placeConflent - Pyrénées Orientales 
label Grands sites  

Nos partenaires