This amazing Zizim Tower

In the heart of the medieval city, in Bourganeuf, in the enclosure of the former commandery of the hospitaliers of Saint de Jerusalem, founded in the 12th century, reigns a very original tower, with an oriental look, a vestige of another time.
Between 1484 and 1486, a tower was indeed erected to guard Djem, nicknamed Zizim, son of Mehmet, powerful Ottoman Sultan.
This tower served as a prison for Zizim, in exile. It is a massive seven-story tower, two of which are reserved for the prince's apartments, with walls 2.8 meters thick and pierced with loopholes, and an impressive roof frame. It has equipment unusual for the period: latrines and fireplaces on each floor, a cellar with a central well...


During the Second World War, this prison vocation was confirmed, holding 62 resistance fighters prisoners who left numerous and moving graffiti on the walls.
The Zizim Tower is one of the notable elements of the medieval city along with the castle, built between 1150 and 1160 by the Hospitallers, the Lastic Tower and the Stair Tower, famous for its spiral staircase.
The Zizim Tower is listed as a Historical Monument.

 

Zizim Tower
The village
23400 Bourganeuf
Tel: 05 55 64 12 20

http://www.ot-bourganeuf.com/

 

Translated with www.DeepL.com/Translator

(free version)

 


To go further....

Zizim, le prisonnier de la Tour

Parmi la foule qui se presse pour voir passer ce jeune homme triste et fier — hôte d’honneur et captif — un garçon de seize ans se pousse au premier rang et tout haut exprime son indignation. A dater de ce jour, Charles de Blanchefort sera l’ami du Sultan Zizim, il l’écoute passionnément évoquer sa vie ancienne, la lutte qui l’opposa à son frère Bajazet, la déroute qui l’obligea à se remettre entre les mains des Chevaliers de Rhodes. L’admiration de Charles, son affection, rendent à Zizim la captivité moins lourde. Des intrigues se nouent dans la Tour. Ce prisonnier que les cours d’Europe se disputent, des amis dévoués, conspirant avec Charles, préparent sa fuite, tandis qu’un de ses geôliers, le sombre « Epervier » souhaite sa disparition. Qui doit l’emporter ? Ce passionnant récit historique se déroule au XVe siècle, mais à Bourganeuf, dans la Creuse, on peut voir encore aujourd’hui se dresser la Tour où le Sultan Zizim soupirait après la liberté perdue.
Zizim ou L'Epopée tragique et dérisoire d'un prince ottoman

À la mort du sultan Mehmed II son père, Djem, héritier de l'empire ottoman dont la vie se déroulait jusque-là de joutes poétiques en chasses au faucon, est contraint de prendre les armes contre son frère qui s'est emparé du pouvoir à Constantinople. Défait par les troupes de Bajazet II, il demande l'aide des Hospitaliers de Rhodes pour prendre à revers l'usurpateur. Conscient qu'il détient là une monnaie d'échange inespérée contre les Turcs, l'ordre de Saint-Jean feint d'accepter.
Dès lors Djem, redevenu Zizim, son prénom d'enfance, va suivre le long chemin d'un exil doré de Nice à Chambéry, de la commanderie des Templiers à la Rome des Borgia. Traité à la fois en prince étranger et en prisonnier, il espère et désespère tour à tour de ses gardiens-alliés, lui qui n'est plus qu'un otage que se dispute la Chrétienté.
Des fastes de l'Orient aux traîtrises de l'exil, l'histoire vraie et malencontreuse d'un destin à rebours, l'épopée tragique et dérisoire d'un prince sans royaume.
Le prisonnier de Bourganeuf : Djem Sultan, 1459-1495

Qui passe par Bourganeuf (Creuse), ne peut manquer de remarquer la tour Zizim, édifiée il y a cinq siècles pour servir de résidence-prison à Djem Sultan, Djem-Djem pour sa mère, Zizim pour les Occidentaux, dont l’histoire et les amours ont passionné Victor Hugo et Lamartine. Fils cadet de Mehmet II, le conquérant de Constantinople, Djem avait été choisi par ce dernier pour lui succéder à la tête de l’Empire ottoman, au détriment de Bajazet, le fils aîné. Mais, à la mort de Mehmet II, Bajazet refusa de reconnaître la volonté de son père, et vainquit Djem Sultan, qui se réfugia à Rhodes (1482) auprès des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Expédié en France par Pierre d’Aubusson, Grand-Maître de l’Ordre, le prince allait passer sept années, dans le Dauphiné et le Limousin, sous la surveillance des Chevaliers de la langue d’Auvergne, où il vécut une belle histoire d’amour avec Philippine de Sassenage. Livré à Rome en 1489, l’otage fut délivré - en 1494 - des mains du pape Alexandre Borgia, le jour où le roi de France entra dans la ville. Des Turcs de son entourage ayant décidé de rester pour la vie en Limousin, il s’ensuivit une importante postérité ottomane.

Also to be seen in the department

Le Château de Villemonteix

placeSaint-Pardoux-les-Cards – Creuse 
label Castles & Monuments  
La Mad’Jacques

The Mad'Jacques, a crazy thing...

placeChéniers - Creuse 
label Roads & paths Amazing... isn't it?  
Elevage du Palais

The paradise of the American bison is in Creuse

placeBourganeuf - Creuse 
label Recreation and animal parks Animals  
La nécropole gallo-romaine des Sagnes

The Gallo-Roman necropolis of Sagnes

placePontarion - Creuse 
label Archaeology and old stones Religious, mystical & pagan cults  

Discover the regions of the Great South