logo Grand Sud Insolite

Découvrir le Grand Sud
en empruntant les chemins de traverse,
hors des sentiers battus !
Insolite, oublié, bizarre, mystérieux, original, curieux, pittoresque, méconnu, merveilleux...


Vous êtes ici : Accueil / Régions / Nouvelle Aquitaine / 47-Lot-et-Garonne / Il n'est de pruneau que d'Agen / imprimer l'article
Agen – Lot-et-Garonne

Il n'est de pruneau que d'Agen

La route du pruneau aura été longue.
Les Grecs, les Romains et globalement tout le bassin méditerranéen en avaient découvert les bienfaits et les vertus avant qu'il ne s'installe en Lot-et-Garonne. 
Le pruneau est un fruit séché, à haute valeur nutritionnelle, qui se conserve longtemps pour les besoins alimentaires des mauvaises saisons comme pour les longs  voyages en caravanes ou sur mer.
Le pruneau est connu depuis l'Antiquité pour ses vertus nutritionnelles, diététiques ou médicales.
En Gaule, c'est dans la première province Romaine dite la Narbonnaise, qui s'étendait jusqu'au Quercy actuel, aux portes de l'Agenais, que les Romains ont planté plusieurs variétés de prunes, dont la prune de Saint-Antonin dite aussi prune Maurine, petite prune bleue sans doute la plus ancienne et la plus répandue, qui produisait un pruneau très noir et de petit calibre.  
C'est au XIIe siècle, au retour de la IIIe croisade, que les moines Bénédictins de l'Abbaye de Clairac, dans la vallée du Lot, eurent l'idée de greffer des pruniers locaux avec de nouveaux plants de pruniers de Damas ramenés de Syrie.
Une nouvelle variété de prunes est créée, elle est appelée Prune d'Ente.
Enter en vieux français signifie : greffer.
Le pruneau tel que nous le connaissons était né.
Il devient « d'Agen », car c'est depuis le port du chef-lieu du Lot-et-Garonne que l'on embarquait les fruits séchés sur les gabarres.
Mais bien au-delà de la Garonne, les marins l'appréciaient pour son goût et ses qualités nutritionnelles.
Mélangé à un appareil à flan composé d'œufs, de farine et de sucre les marins créeront ainsi la fameuse recette du far breton aux pruneaux.
La cueillette  est devenue mécanique mais souvent demeure manuelle.
Une personne ramasse entre 80 et 120 kg à l'heure.
Chaque arbre peut produire jusqu'à 100 kg de fruits.
On produit en France 50.000 tonnes par an.
Les prunes fraîches juste récoltées sont lavées, triées et calibrées par tailles.
Elles sont ensuite étalées sur des claies qui sont empilées sur de grands chariots pour être envoyées dans les tunnels de séchage.
Elles passent de 20 à 24 heures dans des fours chauffés entre 70 et 80 °C jusqu'à ce que leur taux d'humidité résiduel soit ramené à 21-22 %.
Ce taux d'humidité réduit permet une bonne conservation sur plusieurs années en atmosphère naturelle.
Avant commercialisation, les pruneaux sont réhydratés dans un bain à 75-80° pour remonter leur taux d'humidité à 35 % environ.
Il faut généralement entre 3 et 3,5 kg de prunes d'Ente fraîches pour obtenir après séchage 1 kg de pruneaux d'Agen.
En France, le pruneau d'Agen est protégé depuis 2002 sur l'ensemble de l'Union européenne par une indication géographique protégée (IGP).
La profession est organisée autour du BIP, le Bureau Interprofessionnel du  Pruneau 

Bureau national Interprofessionnel du Pruneau
2, rue des Magnolias
BP 130
47303 Villeneuve-sur-Lot Cedex
Tél. : 05 53 41 55 55
contact@pruneau.fr
www.pruneau.fr/

Nos partenaires :

Objectif Aquitaine : magazine régional d'informations Tlse - Cadeaux, tee-shirts, accessoires et carterie aux couleurs de Toulouse Les montres Lip, des modèles d'exception ! Sortir avec l'habitant et découvrir de nouvelles activités