L'insolite micheline audoise

Inutile de voter des lois pour relancer l'autocar, il roule tout seul. 
Nous sommes en 1943, la guerre fait rage et l'on se débrouille, pour tout, comme l'on peut.
L'autorail-autocar Quillan-Carcassonne circule en entente entre la compagnie C.C.T.C. (Compagnie Carcassonnaise de Transports en Commun), dite Citroën et la Société Bourdier.
C'est M. Talon de Belvianes, ancien ingénieur des Chemins de Fer et M. Bourdier qui ont exploité ce système en collaboration.
Les roues arrières motrices du car roulaient  sur les rails. Les roues avant ne touchaient pas aux rails.
Le freinage du train était assuré par la remorque uniquement, le système de freinage n'était pas compatible entre les deux véhicules. Le receveur freinait l'ensemble dans les gares et dans les descentes en actionnant le frein à main qui bloquait les roues de la remorque, sur ordre du chauffeur du car qui actionnait le klaxon du car selon un code convenu.
Le carburant employé était le gaz en bouteilles qui provenait de Saint-Gaudens.
En hiver, il arrivait que, suite au gel ou à la neige sur les rails, il fallait pousser le car. Les plus jeunes voyageurs descendaient alors et poussaient à l'arrière de la remorque.
Cette « Micheline » locale était conduite par M. Élie Ferrase.

Remerciements à  MM. Alain et Roger Nautré, ex-animateurs du « Train Cathare », qui nous ont fourni l'essentiel de la documentation.

À voir également dans le département

Le Musée du Pays du Quercorb

placePuivert - Aude 
label Pays cathare  
Roland Feuillas

Le boulanger rejoint le curé dans la légende

placeCucugnan - Aude 
label Gens d'ici  
La grotte de Limousis

L'étonnante Grotte de Limousis

placeLimousis - Aude 
label Etonnant... non ?  

« 21 nuits avec Pattie »

placeCastans – Aude 
label Films : lieux de tournage  

Nos partenaires