Collioure, les artistes sont chez eux

Collioure, ville d'artistes...

Collioure est un haut lieu de l'art depuis le 19e siècle. 
Un artiste Catalan, Marc André 2 Figueres,  s'est pris de passion, entre autres, pour les entonnoirs dont un a dominé, un temps Collioure et est, désormais, installé au Muséum d'Histoire naturelle de Perpignan.
En divers lieu de Collioure Marc André 2 Figueres avait installé des cadres vides et il suffisait d'admirer l'image que l'on voyait à travers le cadre.
A lire aussi, sur la plage le livre de l'artiste « La théorie érotique du clocher de Collioure ».
Collioure, ville d'artistes, mais aussi ville économique. 
Tout au long du XIXe siècle, la ville a connu un important essor économique lié à l’expansion de la pêche avec le succès des anchois de Collioure et à la production viticole.   
Au début du XXe siècle, Collioure connaît un tournant essentiel, qui contribuera grandement à son développement touristique.
C’est en effet en 1905 qu’Henri Matisse vient peindre à Collioure, où, en compagnie de André Derain, il crée le fauvisme.
D’autres peintres suivront, notamment Albert Marquet, Juan Gris, Georges Braque, Picasso, Raoul Dufy, Foujita, Othon Friesz, Paul Signac ...

 

Un patrimoine à voir...

Collioure possède un riche patrimoine. Tout d'abord, la Chapelle Saint-Vincent, (1642), une chapelle construite sur un rocher de schistes à l'extrémité de l'anse de Collioure. Il y a aussi Saint- Nicolas du cimetière (1558) et Saint-Sébastien de la Punta (1528), sans compter les nombreux oratoires un peu partout sur le territoire de la ville.

Sans oublier un ancien couvent de dominicains du XIVe et XVe siècle, dont l'église, classée aux Monuments Historiques, à nef unique et avec des chapelles entre les contreforts.

Cette église possède encore des vestiges de son cloître du XIIIe, vendu en 1938 et qui se trouve actuellement convertit en cave coopérative vinicole, le Cellier des Dominicains.

Onze des arcades du cloître ont été racheté par la commune et réinstallés dans le jardin du parc Pams en 1993)

Notre-Dame de Consolation est un ermitage situé à quelques kilomètres dans les terres. 

Collioure est également connu grâce à l'église Notre Dame des Anges.

L'architecture militaire est aussi grandement représenté : Le Fort Saint-Elme domine la ville et celle de Port-Vendres, le château royal bien sûr, le fort du Miradou, issu de la transformation par Saint-Hilaire en 1674 d'un ancien château médiéval, la Tour de la douane (XIVe siècle), celle de la Madeloch du XIVe siècle aussi.

Sur le Pla de « les Forques », au-dessus de Collioure, un complexe exceptionnel composé du Fort Rond et du Fort Carré fut construit entre 1726 et 1770. Il avait pour rôle de protéger les fortifications existantes, les progrès de la balistique les rendant moins efficaces. Le fort carré, avec la tour de l'étoile et le chemin couvert est toujours tel qu'il a été construit en 1758, puis modifié en 1824. Il est classé depuis le 11 février 1991.

On n’oubliera pas non plus  un riche patrimoine civil, dont les rues du village Le moulin de Collioure est aussi une œuvre directement venue du Moyen-âge, il est utilisé aujourd'hui encore et une plaque raconte, à ses pieds, son histoire.

 

Office de Tourisme de Collioure
Tél. : 04 68 82 15 47
www.collioure.com 

 

 

À voir également dans le département

Argelès-sur-Mer organise le premier mondial de pétanque givrée

placeArgelès-sur-Mer – Pyrénées-orientales 
label Etonnant... non ?  
Le Prieuré Sainte-Marie de Serrabone

Le Prieuré Sainte-Marie de Serrabone, chef d’œuvre de l’art roman

placeBoule d’Amont – Pyrénées-orientales 
label Edifices remarquables Cultes religieux, mystiques & païens  
Jean Ferrat avec son frère Pierre et sa sœur Raymonde à Font-Romeu

L'autre montagne de Jean Ferrat

placeFont Romeu - Pyrénées Orientales 
label Gens d'ici  

Les sorcières de l'automne envahissent Tressere

placeTresserre - Pyrénées Orientales 
label Fêtes & festivals, confréries  

Découvrez les régions du Grand Sud