Le château de ma mère... de Marcel Pagnol

En 1990, Yves Robert a réalisé les deux films :  « La Gloire de mon père » et « Le Château de ma mère » sur un scénario de Louis Nucera et Jérôme Tonnerre. 

Philippe Caubère et Nathalie Roussel incarnent les parents de Marcel (Julien Ciamaca) et Paul (Victorien Delamare). L'oncle Jules et la tante Rose sont interprétés par Didier Pain et Thérèse Liotard.

Des passages du texte du roman original sont narrés par Jean-Pierre Darras.

Grambois sert de décor pour l'ancien village de La Treille.

La « Bastide Neuve » se situe dans le domaine de Pichauris à Allauch, au cœur du massif de l'Étoile et du Garlaban.

 

Le scénario

Pendant ses vacances à La Treille, Marcel vit ses premiers émois amoureux, non loin d'un château, objet de toutes les frayeurs pour sa mère adorée, qu'il acquerra en sa mémoire lorsqu'il deviendra cinéaste.

Le jeune Marcel se lamente d'avoir dû quitter ses chères collines, lieu de vacances insouciantes, pour retrouver Marseille et ses studieux bancs d'école. 

Pendant la dictée, son esprit vagabonde. Une convocation chez le directeur l'arrache à ses rêveries : il a été choisi pour se présenter au concours des bourses. 

Une autre surprise l'attend à la maison : la famille va passer les fêtes de Noël à La Treille. 

Pour Marcel, l'enchantement recommence. 

D'abord, il retrouve Lili, puis l'oncle Jules leur fait une visite inattendue, les bras chargés de cadeaux.

Une marque d'attention très appréciée par le père de Marcel, qui est pourtant loin de partager les opinions de son beau-frère.

Le lendemain, à la demande de sa mère, le jeune garçon part chercher du thym dans les collines. Il croise alors une fillette, Isabelle, bien mignonne mais terriblement snob...

 

Film et anecdotes
Le château évoqué par le titre porte le nom de château de la Buzine. Marcel Pagnol prétend que le propriétaire des lieux, à l'époque, était un certain « Comte Jean de X... Colonel au Premier Cuirassier » ayant participé à la bataille de Reichshoffen. 

Or le château appartenait en réalité à un officier de marine du nom de Félix Pallez.

En 1941, pour réaliser son ambition de construire, sous le ciel de Provence, la Cité du Cinéma capable de rivaliser avec Hollywood, Pagnol fait l'acquisition, par téléphone et sans l'avoir vu, de ce château avec quelques hectares de prairies au bord du canal. 

C'est en visitant son domaine huit jours plus tard qu'il reconnaît qu'il s'agit de « l'affreux château, celui de la peur de ma mère ».

Il ne parvint jamais à réaliser son projet.

La demeure appartient actuellement à la ville de Marseille

Le Château de ma mère est le troisième plus gros succès de l'année 1990 au box-office français. 

Avec près de 4,3 millions d'entrées, le film se place juste derrière « Cyrano de Bergerac », 4,7 millions  et « La Gloire de mon père », 6,2millions . Les deux films d'Yves Robert, sortis à deux mois d'intervalle, ont ainsi attiré plus de 10,5 millions d'entrées. 

Profitant de ce succès en salles, les livres de Marcel Pagnol ont connu, de leur côté, un extraordinaire regain d'intérêt en format de poche.

 

 

 

 


Pour aller plus loin...

La Gloire de Mon Pere/Le Chateau de Ma Mere

Cliquez sur l'image

M. Pagnol en BD : Ecrin La gloire de mon père/Le château de ma mère

Cliquez sur l'image

À voir également dans le département

Le Musée extraordinaire

Le Musée extraordinaire, œuvre étonnante de Georges Mazoyer

placeAnsouis - Vaucluse 
label Etonnant... non ?  

Ces étonnants épouvantails

placeLa Motte d’Aigues - Vaucluse 
label Etonnant... non ?  

L’isle sur la Sorgue, Venise comtadine

placeL’isle sur la Sorgue – Vaucluse 
label Bastides, Villes & villages  
Suzette

Au cœur des Dentelles de Montmirail, Suzette offre un panorama époustouflant

placeSuzette – Vaucluse 
label Rien que le nom m'amuse... Bastides, Villes & villages  

Découvrez les régions du Grand Sud