Femer, la maroquinerie en peau de poisson

Tombé dans l'oubli, le cuir de poisson avait pourtant déjà fait ses preuves en matière de séduction. La Marquise de Pompadour, Jeanne-Antoinette Poisson de son vrai nom, « ne passait pas une semaine sans qu'elle achetât un petit objet en cuir de poisson » au maître gainier du roi Louis XV, Jean-Claude Galluchat à qui on doit le nom de cette précieuse matière.

Selon la légende, Napoléon III aurait fait recouvrir les murs de sa chambre à coucher entièrement avec cette précieuse matière.

Les peuples de Laponie utilisaient cette technique depuis la nuit des temps afin notamment de se vêtir et de fabriquer des accessoires pour transporter des objets.

Au XXI siècle, le charme de ce cuir atypique opère une fois de plus... C'est le début de l'aventure de la Peau Marine !

 

Naissance de Femer
Tout commence en 2003, lorsque la mère de Marielle, Monique Philip, présidente de la Fédération nationale des femmes du milieu maritime, découvre en Laponie la tradition ancestrale du tannage de peaux de poisson.
Dix ans après, sa fille Marielle Philip, diplômée en droit de l’environnement et en gestion des littoraux, reprend l’idée à son compte. Elle part se former en Laponie et se lance dans l’aventure. « Il faut convaincre les gens qu’il ne s’agit pas d’une lubie », explique elle. Une poissonnerie d’Arcachon et quatre mareyeurs-pisciculteurs du Bassin acceptent de lui fournir gratuitement sa matière première. « Lorsque les poissonniers filètent les poissons, la peau finit à la poubelle », explique-t-elle, « il s’agit de remettre sur le marché des produits voués à être jetés et de « réduire les déchets sur notre territoire ».

C'est la renaissance d'un cuir ancestral animée par une conception éco-responsable.

En effet, chez Fémer peau marine sont uniquement valorisées les peaux dont les poissons ont fait l'objet d'un conditionnement alimentaire en filet afin d'être mangé. C'est uniquement parce que les peaux sont des résidus de la filière alimentaire, que l'entreprise les transforme en cuir. Par ailleurs, le mode de tannage pratiqué est éco-responsable par l'utilisation exclusive de plantes dont le potentiel de renouvellement dans la nature est important et en proscrivant l'utilisation de produits chimiques dans la production.
« Dans notre atelier, les peaux arrivent crues et sont ensuite tannées avec des tanins de mimosas ou de noix de galle pour devenir cette matière noble qu'est le cuir », explique Marielle Philip.

 

 

Femer

69, Avenue Ovide Rousset,

33260 La Teste-de-Buch

Tél. : 06 50 40 19 75

hello@femer.fr

  

http://www.femer.fr/

 

À voir également dans le département

Pétrus, vignoble le plus cher au monde

placeBordelais – Gironde 
label Records : Les + et les -  

La fertilité retrouvée

placeSaint-Emilion - Gironde 
label Cultes religieux, mystiques & païens  

Le Corps de garde de Cussac-Fort-Médoc

placeCussac-Fort-Médoc – Gironde 
label Edifices remarquables  

Le Fauteuil de la Fécondité

placeSaint-Emilion - Gironde 
label Etonnant... non ?  

Découvrez les régions du Grand Sud