Brouage, grande Histoire et riche patrimoine

Un peu d’Histoire…

A l’époque gallo-romaine, le site de Brouage se trouvait quelques mètres en-dessous du niveau de la mer, en plein cœur du golfe de Saintonge. Puis, au fil du temps, le golfe s’est comblé, la mer s’est retirée et les hommes ont peu à peu façonné ce paysage marécageux jusqu’à en faire au Moyen-Âge le grenier à sel du royaume de France, et même de toute l’Europe du nord.

En 1555, Jacques de Pons, seigneur de la châtellenie de Hiers, ordonne la construction de Jacopolis sur Brouage sur un dépôt de pierres de lest, afin de faciliter le commerce du sel.

Théâtre de conflits entre catholiques et protestants, cette place se transforme bientôt en une place forte réputée imprenable, œuvre des meilleurs ingénieurs du royaume de France : Pierre de Conti d’Argencourt puis Vauban et Ferry. En 1578, elle est annexée au domaine royal. Cette année-là, Jacopolis devient Brouage.

La ville va connaître son plein essor à partir de 1627, lorsque le Cardinal de Richelieu en devient gouverneur.

Tout au long des XVI° et XVII° siècles, elle va accueillir nombre de personnes illustres, telles que le Cardinal de Richelieu, Marie Mancini ou le roi Louis XIV. Elle verra naître le fondateur de la ville de Québec, Samuel Champlain.

  

Un très riche patrimoine…

De nombreux édifices témoignent encore de cette glorieuse époque : les remparts de plus de 2km de long, les forges, la Halle aux Vivres, les ports souterrains, les poudrières, l’église dédiée à Saint-Pierre et Saint-Paul.

Achevée en 1608, cette église est immense. Sa nef centrale est couverte par une voûte de bois en forme de coque de bateau retournée, laissant supposer qu’elle a été réalisée à l’origine par des charpentiers de navire.

Le sol de l’église est couvert de nombreuses dalles funéraires qui datent du XVII° siècle, et sous lesquelles reposent anciens gouverneurs, militaires ou riches commerçants d’autrefois.

 

L’église, mémorial de la Nouvelle-France

L’église de Brouage est encore aujourd’hui un lieu de culte, mais elle est également le Mémorial des origines de la Nouvelle-France. Une exposition intitulée « Il était une foi… en Nouvelle-France » retrace l’établissement des premières colonies de peuplement et les premières tentatives d’évangélisation de ce territoire alors méconnu.

Neuf vitraux témoignent des liens privilégiés d’amitié qui unissent la France et le Canada. En effet, en fondant en 1608 la ville de Québec, premier établissement permanent français dans la vallée du Saint-Laurent, Samuel Champlain, natif de Brouage, ancrait la présence française en Amérique du Nord, sous le nom de Nouvelle-France.

Six de ces neuf vitraux sont l’œuvre de l’artiste Nicolas Sollogoub.

Autre lieu d’exposition, la « Halle aux Vivres » qui propose de revisiter l’Histoire de Brouage.

Brouage est aujourd’hui membre des « Plus Beaux Villages de France ».

 

 

 

Bureau d’accueil de Brouage

Place Forte de Brouage
2, rue de l’Hospital,

17320 Hiers-Brouage

Tél. : 05 46 85 19 16

http://brouage-tourisme.fr/

 

 

 


Pour aller plus loin...

Brouage. Ville Forte du Xvie et du Xviie Siecles

Certains sites semblent faits pour la réalisation de destins grandioses : cela tient sans doute à leur configuration dans l'espace, mais aussi à la qualité des hommes qui les habitent, qui les modèlent et les administrent. Ainsi en fut-il de Brouage, qui ne fut sans doute pas le Portus Santonum de l'Antiquité (les avis divergent à ce sujet), mais pour le moins un lieu de mouillage, car dès le VIIe siècle on exploitait les salines dans la région et aux VIIIe et IXe siècles on exportait de grandes quantités de sel. C'est ainsi que le village, constitué autour de la tour de Broue (XIe siècle, édifiée à l'emplacement du Promontorium Santonum), devint un port de sel et sur ses quais « on entendait toutes les langues d'Europe ». Par la suite, sa vocation militaire s'affirma aussi et le bourg devint une cité fortifiée, grâce à Jacques de Pons (Jacopolis) en 1550 et à Charles IX en 1565. Plusieurs fois assiégée pendant les guerres de Religion (1562, 1570, 1577), la ville de Brouage se développa encore quand Richelieu en fut le gouverneur (1630).
Cet avènement politique, militaire et commercial se maintint pendant une bonne partie du XVIIe siècle, puis la localité connut un déclin progressif, Colbert choisissant Rochefort pour en faire un nouveau port militaire, Brouage s'ensablant, les marais salants disparaissant et la forteresse perdant son intérêt stratégique. Pourtant, en 1659, la ville accueillit une visiteuse célèbre, Marie Mancini, l'une des nièces de Mazarin, qui aimait « de toute l'ardeur d'un premier amour le jeune roi (Louis XIV)... © Micberth
Brouage : Histoire, visite

La citadelle de Brouage Mémoire du Poitou-Charentes

Pour parvenir à la citadelle de Brouage, il faut emprunter une petite route sinueuse à travers une vaste plaine marécageuse. Brouage était un port désormais orphelin de l'océan. La nature a progressivement comblé cette zone. Il est vrai qu'il est difficile d'imaginer aujourd'hui ce bastion baigné par les eaux. Brouage était un port par lequel transitèrent des milliers de tonnes de sel produit dans les environs. Et les navires hollandais, anglais, scandinaves venaient charger ce qui était alors surnommé l'or blanc. La gabelle, cet impôt sur le sel, rapportait beaucoup d'argent au royaume. Port de commerce, Brouage fut également une citadelle militaire. Lors du dernier blocus de La Rochelle, ordonné par Richelieu, ce dernier se servit de Brouage comme base stratégique. L'Aunis et la Saintonge étaient des territoires huguenots. Dans cet opuscule, vous trouverez une visite guidée pour découvrir tous les vestiges qui nous sont parvenus.
Petite Histoire de Brouage

Initialement publié en 1948, voici une rapide mais complète vision des grandeurs et décadences de Brouage, entre Marennes et Rochefort, en Saintonge (Charente-Maritime). Le modeste, puis florissant, port qui exporte le sel des salines saintongeaises vers l Europe entière, devient une place militaire convoitée par Catholiques et Protestants durant les Guerres de Religion. Champlain, le fondateur du Canada français va y naître vers 1570... Définitivement devenue catholique, Brouage est honnie par sa voisine rochelaise protestante qui y voit une concurrence et un danger. Le Cardinal de Richelieu s approprie la place et les riches revenus du sel : il en fait la forteresse que l on connaît encore. Le cardinal de Mazarin y prendra la relève avec ses fameuses nièces... Mais le port périclite irrémédiablement au XVIIe siècle, supplanté par Rochefort. La Révolution le transformera en prison annexe des tristement fameux « pontons »... Nous reste un splendide ensemble d architecture militaire dont il est passionnant de découvrir l histoire avec ce petit ouvrage.

À voir également dans le département

Le Musée du Nouveau Monde, musée des Amériques

Le Musée du Nouveau Monde, musée des Amériques

placeLa Rochelle – Charente-maritime 
label Musées & Collections  
Les Demoiselles de Rochefort

Les célèbres Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

placeRochefort - Charente-Maritime 
label Films : lieux de tournage  
La porte de la grosse horloge

La porte de la grosse horloge, monument emblématique de La Rochelle

placeLa Rochelle – Charente-maritime 
label Edifices remarquables Châteaux & Monuments  

« Alceste à bicyclette », Fabrice Luchini fait son cinéma sur l'Ile de Ré

placeL'ile de Ré – Charente-Maritime 
label Films : lieux de tournage  

Découvrez les régions du Grand Sud