Les mystères de la Sainte-Coiffe de Cahors

Pour la première fois depuis 80 ans, le 27 avril 2019, la Sainte-Coiffea été portée en procession dans les rues de Cahors, à l’occasion des 900 ans de la cathédrale, avec la bénédiction du Pape François. 

Ces célébrations dureront jusqu’au 8 décembre 2019.

 

La Sainte Coiffe de Cahors

Dans le rituel funéraire juif du premier siècle, la coutume demandait de resserrer la mâchoire du défunt afin de maintenir la bouche fermée à l’aide d’une mentonnière, un « pathil » (sorte de bonnet entourant le visage) ou d’un simple linge. Puis le corps était placé dans un linceul et attaché avec des bandelettes.

« Simon-Pierre entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire (soudarion, en hébreu pathil) qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. »  (Jean, 20, 6-7)

Depuis des siècles, la Sainte Coiffe de Cahors est ainsi vénérée comme l’un des linges mortuaires de Jésus.

En 1844, Champollion, après avoir examiné le tissu de la relique, conclut « si ce Suaire n’est pas celui qu’on dit, il est au moins de la même époque. »

En 1939, une analyse du linge a confirmé l’existence de tâches de sang à l’intérieur, comme à l’extérieur de la coiffe.

Les tâches de sang semblent correspondre aux blessures du visage du linceul de Turin (arrachement de la barbe, arcade sourcilière, couronne d’épines).

Selon Robert Babinet : « Il n’y a pas de doute: ce sont la même coupe du linge, le même emploi funéraire de la coiffe et la même disposition sur la tête. Je souligne l’importance de ma découverte. Elle confirme l’existence orientale du second linge sépulcral de Jésus et apporte la preuve matérielle que la sainte Coiffe de Cahors était gardée à Constantinople, avant le sac de la ville par les Croisés de la quatrième croisade. »

 

Un tradition à Cahors 

Avant le 27 avril 2019, il n’y avait pas eu de procession de la Sainte Coiffe depuis la Seconde Guerre mondiale. « Le culte était important au Moyen-Age, moins à l’époque moderne » explique Valérie Gaudard, conservatrice. Les fidèles défilaient alors avec la relique pour éloigner la peste, ou remercier le Ciel si la ville avait été épargnée par un fléau (épidémie, attaque d’ennemis).

« Après la Révolution, on essaie de réanimer ce culte. On reconstruit la chapelle d’axe de la cathédrale et on fait un nouveau reliquaire en 1899, avec un grand pardon – une procession entre Rocamadour et Cahors — la même année. »

 

https://saintecoiffedecahors.com/

 

À voir également dans le département

Le château de Castelnau-Bretenoux

Le château de Castelnau-Bretenoux, un modèle de chateau-fort

placePrudhomat -Lot  
label Edifices remarquables Châteaux & Monuments  
L’église Saint-Pierre d’Assier

L’église Saint-Pierre d’Assier, monument exceptionnel à la gloire de Galiot de Genouillac

placeAssier - Lot 
label Edifices remarquables Cultes religieux, mystiques & païens  
Laroque des Arcs et sa chapelle perchée

Laroque des Arcs : sa chapelle perchée et sa tour de péage

placeLaroque des Arcs – Lot 
label Edifices remarquables Bastides, Villes & villages  
Patrick de Carolis

Patrick de Carolis élu sans être candidat à Rocamadour mais élu en Arles

placeRocamadour - Lot 
label Gens d'ici Etonnant... non ?  

Découvrez les régions du Grand Sud