The babies of the Black Madonna of la Daurade

The construction of La Daurade as we know it today began in 1773.
Interrupted by the Revolution, work will resume when calm is restored.
The particularity of the basilica is the presence of a Black Virgin.
But if there are many of them in other churches in the South, that of La Daurade is always dressed in new clothes.


Notre-Dame des Bonnes Couches...

The Black Virgin of the Basilica of La Daurade, patron saint of Toulouse, is also nicknamed Notre-Dame des Bonnes Couches because it is reputed to protect pregnant women.
The statue on display today is the second copy of the original.
Indeed, it was stolen in the 14th century and then reproduced identically.
The statue was then burned in 1799, during the Revolution, in Place du Capitole.
A new statue was then carved in 1807, according to the memories we had of the previous one.
The present Black Madonna, who is 2m high, is dressed in a dress that is changed according to the liturgical calendar.
She is credited with several miracles, including the rescue of the Saint-Michel district in 1672 during a fire. The statue is regularly stripped and dressed again.

The different dresses are offered by celebrities, Jean Charles de Castelbajac offered his own, or by Toulouse people.
One of these dresses is called "the AZF dress", a gift of thanks from a parishioner for having escaped the disaster at the AZF factory in Toulouse in September 2001.
Throughout the centuries, the faithful have offered magnificent dresses and other richly embroidered finery.
Even today, it is not uncommon to come across a pregnant parishioner praying in front of the statue of the Black Madonna.
According to the Episcopal Vicar of Toulouse, she receives about a thousand letters each year, letters from all parts of France but also from the West Indies, the Pacific, Belgium...

 

Basilique de la Daurade
1, Place de la Daurade,
31000 Toulouse
Tel: 05 61 21 38 32

 

Translated with www.DeepL.com/Translator

(free version)

 


To go further....

Sainte-Marie "La Daurade" à Toulouse : Du sanctuaire paléochrétien au grand prieuré clunisien médiéval

Click on the image

L'actuelle église de la Daurade à Toulouse a remplacé un prestigieux sanctuaire démoli en 1761. Sancta Maria Deaurata (la " dorée ", à cause du magnifique décor de mosaïques àfond d'or tapissant les murs de son abside) a alimenté bien des légendes. On la disait fondée sur un temple gaulois, ou romain, dédié à Apollon ou Pallas. On a eu bien des doutes sur sa fonction : chapelle palatine des Wisigoths ou mausolée royal, église consacrée par saint Exupère au début du Ve siècle ? Pas un auteur, du XVIe au XXIe siècle, qui n'ait eu son avis. Rattaché à la grande abbaye clunisienne de Moissac en 1077, le monastère s'orne d'un cloître, l'église est progressivement transformée. A la fin du Moyen Age, la Daurade est à la tête d'immenses possessions dont les origines ont également fait l'objet de bien des spéculations. De tout cela, il ne reste que des fragments épars dans quelques musées... Jacqueline Caille rassemble ici toutes les sources disponibles, dispersées dans les fonds d'archives les plus divers et dans la bibliographie internationale. Elle rend ainsi possible l'étude de cet ensemble monastique exceptionnel, et fait revivre, à travers des documents inédits, la Toulouse du XVe siècle avec sa population, ses métiers et son organisation urbaine.
Les mosaïques de l'église wisigothique de Toulouse dite La Daurade et leur support architectural : Iconographie et datation

Click on the image

Malgré son allure trompeuse de temple gréco-romain, l'actuelle basilique toulousaine de Notre-Dame dite La Daurade (la Dorée) trône solennellement sur la rive droite de la Garonne depuis seulement deux siècles et demi, alors que ses murs recouvrent l'un des plus anciens sanctuaires de la Gaule chrétienne. Si les dernières avancées archéologiques ont permis de renouveler la vision architecturale de l'édifice antique sur lequel se sont penchées des générations d'archéologues et d'historiens, elles do. pas pour autant soldé la masse de questions qui se posent quant à son origine, sa datation et l'iconographie de son célèbre décor mosaïque aujourd'hui disparu. L'étude qui fait l'objet de la présente publication offre, pour la première fois, l'ensemble des notes prises parle moine bénédictin Odon Lamothe lors du nettoyage des mosaïques en 1633. Après les avoir collationnées, transcrites, traduites et commentées, l'auteur a procédé à une analyse année qui l'a conduit à proposer une datation précise desdites mosaïques ainsi qu'une explication des circonstances et des raisons qui ont pu présider à leur réalisation par la volonté du roi wisigoth Théodoric Ie dès la fin de l'an 439. Initialement consacrée au Christ sauveur, l'église antique est passée sous le vocable de Marie, mère de Dieu, un siècle plus tard, ce qui fait d'elle le plus ancien sanctuaire marial de la Gaule chrétienne à avoir laissé des preuves tangibles de son existence : tesselles, colonnes et chapiteaux, en tout près d'une centaine.
Toulouse au Moyen Age: 1000 ans d'histoire urbaine

Click on the image

A Toulouse, comme ailleurs, le Moyen Âge - considéré comme la période allant de la fin de l'Antiquité au XVe siècle - est une période clef pour l'organisation du centre historique de la ville.
Capitale des rois goths, tête de pont des souverains carolingiens, centre du pouvoir des comtes Raimond, puis relais de la puissance royale dans le Midi, Toulouse a connu un destin singulier et parfois brillant. Les monuments religieux qui subsistent de l'époque médiévale, comme les exceptionnelles églises de Saint-Sernin et des Jacobins, en témoignent de façon éloquente.
Depuis trente ans, l'archéologie urbaine a livré, à travers les résultats d'une quarantaine de fouilles, nombre d'informations inédites sur son développement topographique et sur l'histoire de ses quartiers, de ses rues, de ses bâtiments civils et religieux, de ses maisons et hôtels particuliers.
Confrontées aux données des archives, ces informations permettent de porter un regard nouveau sur la ville médiévale et sur les grandes étapes de son histoire pendant un millénaire.

Also to be seen in the department

Ravary, une source miraculeuse, Faubourg Bonnefoy...

placeToulouse – Haute-Garonne  
label Saints, healers and other miracles... Amazing... isn't it? Religious, mystical & pagan cults  

La légende de la carotte de Blagnac

placeBlagnac – Haute-Garonne 
label Festivities & festivals, brotherhoods  
L’Archéosite

The Archeosite, an astonishing Gallic village

placeSaint Julien (Rieux-Volvestre) - Haute Garonne 
label Recreation and animal parks Museums & Collections Amazing... isn't it?  

Curiosity, quand Toulouse devient martienne...

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Amazing... isn't it?  

Discover the regions of the Great South