Le Musée Fantastique de la Bête du Gévaudan

C'est dans le département voisin de la Lozère, en Haute Loire, qu'est muséifiée la Bête du Gévaudan, animal de Lozère s'il en est...

Tout au long d'un parcours de 22 scènes, vous entrez de plain-pied dans l'histoire de cette fameuse Bête qui, de 1764 à 1767, a tué et dévoré plus de 100 personnes.

Ce musée tient en deux noms : Lucien Gires et l'Association Macbet

Après avoir restauré la Tour des Anglais, qui émerge des toits de la ville de Saugues, Lucien Gires eut une autre idée : La Bête du Gévaudan. Il avait entendu parler d’elle, lu dans les livres les méfaits causés par cette terrible bête, notamment dans celui de l’Abbé François Fabre.

En songe il l’imaginait, en dessinait les contours, pendant ses promenades en forêt il croyait la voir au détour d’un chemin, surgissant derrière un arbre, un buisson.

En 1988, c’est décidé : il lui construirait un Musée à Saugues.

Une opportunité se présente, une maison est en vente rue de la Tour. L’Association l’acquiert, les plans sont établis. Les travaux commencent, ils vont durer quatre ans.

Quatre ans pendant lesquels Lucien Gires, aidé de sa fille Blandine et de quelques amis ,Jean Pierre Coniasse, Henri Aldon et d’autres, vont transformer cette bâtisse et lui redonner vie et raconter celle de « la Bête », avec toutes ses atrocités, tout son mystère, avec des paysages fidèlement reconstitués, des personnages divers d’un réalisme surprenant.

Jean Richard fouille ses archives, apporte ses connaissances infinies sur les moindres détails et fournit la documentation indispensable pour donner une relation la plus fidèle possible des faits authentiques.

Pour l’animation des tableaux il est fait appel à deux sociétés extérieures,  « Oui-Dire » et « Atelier Lumière » qui apporteront leur savoir-faire pour la technique.

Un à un les personnages sont créés. Soixante-huit, surprenant de réalisme. Du Colporteur Pierre de Gabale au soldat du Roi, de l’innocente victime à l’Evêque de Mende, de l’aubergiste à la religieuse du couvent des Chazes.

Les costumes sont confectionnés au Puy en Velay, dans l’atelier de Béatrice Perre.

En 1999, le 1er juillet, le Musée ouvre ses portes au public.

Il reste un lieu mythique, la fierté de Saugues et aussi de la Haute-Loire, le lieu où l’on aime se plonger, en 22 scènes pour vivre trente cinq minutes inoubliables, avec frisson, en pensant aux victimes du terrible animal.

Alors un loup, une hyène, le mystère persiste, pour combien de temps encore ?

 

 

Musée Fantastique de la Bête du Gévaudan

Rue de la Tour  

43170 Saugues

 Tél. : 04 71 77 64 22  

macbet@wanadoo.fr

 

http://www.musee-bete-gevaudan.com/

 

 

 


Pour aller plus loin...

La Bête du Gévaudan par Elie Berthet (janvier 1862)

La dévoreuse : Le Gévaudan sous le signe de la Bête, 1764-1767

La Bête du Gévaudan n'est pas un mythe, et ses nombreuses victimes réclament mieux que le mauvais thriller auquel beaucoup la cantonnent. C'est en partant de ce constat que Pierric Guittaut s'est lancé à sa poursuite il y a dix ans. Romancier remarqué pour ses polars ruraux, Pierric Guittaut est aussi chasseur et tireur à poudre noire, passionné d'histoire. Après plusieurs séjours en Margeride, l'auteur nous livre l'enquête la plus complète jamais réalisée sur le sujet : analyse intégrale du fonds d'archives, reconstitutions de tirs, comparaisons anatomiques. Tous les suspects sont passés en revue. Bousculant les idées préconçues, les conclusions de cette investigation sont inédites et nous permettent de nous réapproprier un pan entier de notre histoire rurale tombée dans l'oubli. En franchissant les frontières, le lecteur se retrouvera même lancé sur les traces d'un authentique spécimen de la Bête du Gévaudan, qui attendait depuis plusieurs décennies dans la discrétion d'un musée de la Nature qu'on (re)découvre son illustre filiation. 250 ans après la fin de l'affaire de la Bête du Gévaudan, Pierric Guittaut nous livre enfin les clefs pour comprendre cette énigme qui n'en était pas une…
La Bête du Gévaudan

L'ouvrage le plus complet sur l'une des plus célèbres énigmes de notre histoire qui vit, de 1764 à 1767, une bête mystérieuse semer la terreur dans le Gévaudan.

Sous le règne de Louis XV, entre 1764 et 1767, une bête mystérieuse sème la terreur en Lozère. Elle tient en échec des battues gigantesques menées par les plus grands chasseurs du royaume, déjoue tous les pièges, égorge 122 personnes, en majorité des femmes et des enfants, avant d'être abattue dans des circonstances inexpliquées. Décrit comme un loup de très grande taille, personne n'a jamais su quel était cet animal à l'aspect et au comportement déroutant. Qui se cachait réellement sous le masque de ce monstre-prédateur ? De sadiques meurtriers ? Qui sont-ils et quel rôle ont-ils joué ? L'envoyé personnel du roi Louis XV a-t-il trompé les notables et le peuple ?
BETE DU GEVAUDAN, LA FIN DE L'ENIGME

À voir également dans le département

Le Mausolée romain de Lanuejols

Le Mausolée romain de Lanuejols, deuxième monument funéraire romain en France

placeLanuejols - Lozère 
label Edifices remarquables Archéologie et vieilles pierres Cultes religieux, mystiques & païens  

Un mur caché de quatre mille livres en écus d’argent

placeFraissinet-de-Fourques - Lozère 
label Légendes, histoires & Trésors  
Scout toujours

Scout toujours, le cinéma de Gérard Jugnot

placeBédouès - Florac - Lozère 
label Films : lieux de tournage  
Le Moulin de la Borie

La renaissance du Moulin de la Borie

placeHures-la-Parade - Lozère 
label Edifices remarquables  

Découvrez les régions du Grand Sud