logo Grand Sud Insolite

Découvrir le Grand Sud
en empruntant les chemins de traverse,
hors des sentiers battus !
Insolite, oublié, bizarre, mystérieux, original, curieux, pittoresque, méconnu, merveilleux...


Vous êtes ici : Accueil / Régions / Principauté d'Andorre / Boris 1er, Roi d'Andorre... pendant une semaine / imprimer l'article
Principauté d'Andorre

Boris 1er, Roi d'Andorre... pendant une semaine

Les institutions de la  Principauté d'Andorre ce sont  deux Co-Princes.  le Co-Prince Français est le Président de la République Française, le  Co-Prince Épiscopal est l'Évêque de La Seu d'Urgel pour l'Espagne.
La loi est votée par  le « Consell General » et le pouvoir exécutif exercé par le Gouvernement d'Andorre.
Mais la Principauté a  eu, aussi, très brièvement un roi. L'histoire mérite d'être contée. 

 

L’étonnant Boris Skossyreff
Dans les années 30, la Principauté connait des troubles politiques et sociaux. Le Co-prince épiscopal demande l'aide du Co-prince Français. Albert Lebrun, Président de la République française, envoie  le 8 août 1933 une cinquantaine de gendarmes qui ont pour mission de rétablir l'ordre et de mettre fin à la résistance du « Consell » destitué pour que des élections puissent se tenir dans le calme.
La sérénité revenue, au mois d'octobre, les gendarmes  quittent la Principauté.
A la même époque débarque en Principauté Boris Skossyreff qui est d'origine russe et, peut être, né en 1896. On apprendra, par la suite, qu'il a mené une vie aventureuse avant son arrivée en Andorre. Il a plus ou moins participé à la  Révolution russe de 1917. Il aurait été espion en Hollande.
Il a demandé l'asile politique en Angleterre, où, pendant deux ans, il est enrôlé dans l'armée britannique et s'attribue des titres de gloire totalement inventés.  Il a épousé une riche marseillaise, mais se promène avec une jeune maîtresse. 

 

Boris Skossyreff s’implante en Andorre puis est expulsé
Au printemps 1934  il s'établit en Andorre à Santa Coloma, près de Sant Julia de Loria, dans une maison qui existe encore et est appelée la « maison russe ».
Boris Skossyreff  commence son implantation. Il a compris que les problèmes du pays  étaient un terreau favorable pour proposer ses solutions économiques. Il rencontre les agriculteurs, les artisans, les décideurs, tout ce qui fait  la Principauté. Le maitre mot de sa campagne est l'amélioration du niveau de vie.
C'est ce programme qu'il va présenter aux conseillers d'un Gouvernement qui est en difficulté.
Cette première opération ne fonctionne pas. Il est expulsé de la Principauté et s'installe, en Espagne,  à quelques kilomètres de la frontière, à La Seu d'Urgell. 

 

Le retour de Boris Skossyreff et sa destitution
C'est depuis un hôtel de La Seu qu'il va préparer sa deuxième offensive. Il multiplie les rencontres avec les journalistes et va même jusqu'à rédiger une constitution pour la Principauté.
Il se prévaut du soutien de la noblesse européenne et fini par se proclamer héritier légitime des Comtes de Foix et du Béarn et explique qu'il n'est pas normal que ce soit le Président de la République Française qui ait la tutelle de la Principauté. Aujourd'hui on dirait qu'il propose l'indépendance du pays.
Le 6 juillet 1934, c'est le retour en Principauté où il promet au Président du Consell Général, Pere Torres Riba, de l'argent et l'amélioration économique à condition de le proclamer roi d'Andorre.
Le Consell approuve à l'unanimité le projet de Boris Skossyreff à l'exception d'un seul Conseiller qui va raconter l'histoire à l'évêché d'Urgell.
Boris Skossyreff, devenu Boris Ier, est rapidement considéré comme le vrai souverain d'Andorre par la population, qui voit en lui un bienfaiteur capable de moderniser radicalement le pays. Il désire notamment développer l'Andorre en voulant accueillir les capitaux étrangers. Le 9 juillet 1934, un gouvernement provisoire se constitue, le nouveau roi le charge de rédiger une Constitution et proclame la liberté politique, religieuse, d'opinion et de presse.
La royauté ne durera pas longtemps. Le Co-prince épiscopal n'accepte pas le Roi. Le 14 juillet, les forces de police entrent en Andorre et arrêtent le « souverain », qui est destitué puis envoyé à Barcelone. Il est ensuite envoyé à Madrid, puis exilé au Portugal 

 

Une fin mystérieuse…
En 1938, les autorités françaises lui ont permis de revenir à Aix-en-Provence, où il a rencontré sa vraie femme.  La France est à l'époque occupée par les nazis et l'on pense qu'en 1939 notre ex-roi Boris sera interné dans un camp de l'Ariège, au Vernet ou à Rieucros. Il passe, peut-être dans les années 50 en camp d'internement soviétique en Sibérie
Certaines sources affirment qu'ensuite il aurait servi comme interprète de l'armée allemande sur le front de l'Est.
Il serait mort dans la ville allemande de Boppard, près de Coblence en 1989 où l'on voit une tombe portant son nom dans le cimetière.
Ainsi s'achève la vie d'un roi d'opérette qui aura fait plusieurs fois le tour de l'Europe de l'Atlantique à l'Oural.

Nos partenaires :

Objectif Aquitaine : magazine régional d'informations Tlse - Cadeaux, tee-shirts, accessoires et carterie aux couleurs de Toulouse Les montres Lip, des modèles d'exception ! Sortir avec l'habitant et découvrir de nouvelles activités