Abbaye de Castagniers : à la rencontre des « sœurs chocolat »

C’est dans les Alpes-Maritimes, au Nord de Nice que les « sœurs chocolat » habitent. Leur abbaye cistercienne est en effet dotée d’une petite chocolaterie depuis les années 1950 ! Attachez vos ceintures, direction l’abbaye Notre-Dame de la Paix, à Castagniers !

 

Au départ, un « moine agriculteur »

C’est en plein cœur de la Provence, dans les années 1860, que tout commence. Le futur Dom Marie-Bernard rêve alors de devenir moine mais ne trouve pas chaussure à son pied. En effet, il considère les chartreux et les trappistes trop austères. C’est alors qu’il part s’installer avec quelques compagnons à l’abbaye de Sénanque, vide et en bon état, pour vivre en « moine agriculteur ». Et voilà : c’est la naissance de la Congrégation de l’Immaculée Conception, cistercienne de « commune observance ».

 

Très vite, la vie cistercienne à Sénanque connaît un franc succès : dès 1869, ils peuvent aller redonner vie à l’abbaye de Lérins. Mais surtout, ce qui nous intéresse ici, c’est qu’un groupe de jeunes filles envisage de faire de même, en montant une communauté.

Les frères acceptent ce projet d’une fondation féminine à Noël 1864. Elles choisissent de s’établir à Notre-Dame de Salagon, dans un ancien prieuré bénédictin en bon état, au Nord d’Aix-en-Provence. Leur vie monastique débute un an après, en 1865.

 

Très vite, cette nouvelle communauté rayonne et les vocations affluent ! Mais petit problème technique : le monastère n’est plus assez grand pour accueillir tout ce beau monde… C’est alors que les frères de Sénanque leurs viennent en aide en allant rénover des ruines à Reillane, à quinze kilomètres de Mane.

Petit clin d'œil amusant, l’abbaye est alors baptisée « Notre-Dame des Prés », en rappel de tous les champs qui l’entourent. Toutes les sœurs de Salagon s’y installent ensuite, près de trois ans plus tard...

Mais une menace plane sur les communautés religieuses en France… A peine ces retrouvailles célébrées, les lois anticléricales de 1901 sévissent partout en France. Une partie de la communauté migre alors en Italie, pour fonder le Monastère Notre-Dame des Anges et pouvoir héberger toutes les moniales. Mais tout ce remue-ménage n’est finalement pas nécessaire car les sœurs ne seront jamais délogées de Salagon !

Toutes les cisterciennes reviennent donc à Notre-Dame des Prés, mais font alors face à autre menace :  le délabrement des bâtiments et l’humidité !

 

Direction Castagniers : oliviers, vignes et… chocolats !

Finalement, la date à retenir, c’est 1930, lorsque les sœurs atterrissent une fois pour toutes à Castagniers, à une vingtaine de kilomètres de Nice ! Oliveraie, vignoble, grande propriété du XVIe siècle.

Qu’aurait pu espérer de mieux la communauté ? Cela fait donc un peu plus de 90 ans que les moniales y ont creusé leur trou.

Ah oui, et pour la petite anecdote, en patois local, le châtaigniers se dit « castagnié ». C'est de là que vient le nom du village Castagniers et donc celui de l'abbaye Notre-Dame de la Paix ! Essayez donc d’en parler aux abords de l’abbaye : tout le monde ne le sait pas !

 

Actuellement, on compte 14 sœurs cisterciennes de la « commune observance » habitant dans cette belle abbaye de Notre-Dame de la Paix de Castagniers. Elles suivent ainsi la règle de saint Benoît « ora et labora », « prière et travail ». Cela leur demande d’ailleurs beaucoup d’entrain puisque le premier de leur 7 offices quotidiens commence à 5h du matin !

En plus, le reste de la journée, elles se dédient aux travaux manuels. Elles s’occupent aussi bien de leurs 450 oliviers, dont elles tirent tous les ans de l’huile, de leurs vignes mais surtout de leur chocolaterie !

En effet, leur spécialité est le chocolat, et ce depuis 1950, malgré la chaleur provençale. Le savoir-faire des sœurs se transmet toujours de génération en génération, avec toujours des recettes de haute qualité, à base de chocolat pur beurre de cacao, travaillé ensuite à la main !

La liste de leurs spécialités est aussi longue qu’appétissante : pralinés aux amandes, pralinés aux noisettes, chocolat au lait-caramel, chocolat blanc aux amandes, chocolat noir à la fleur de seul et bien d’autres encore... Les chocolats des sœurs de Castagniers sont à tomber par terre… d’où leur surnom de « sœurs chocolat » !

 

Leur petite chocolaterie leur permet ainsi de financer leur vie quotidienne et l’entretien de l’abbaye. Même si elle n’est pas ouverte au public pour des raisons évidentes d’hygiène, les plus privilégiés pourront observer la pancarte « PLACE DU CHOCOLAT » qui trône dans le sas d’entrée, où on enfile sur-chaussures, blouse et charlotte !

 

Abbaye Notre-Dame de la Paix de Castagniers

271, Route de Saint-Blaise,

06670 Castagniers

https://abbayenotredamedelapaix.fr/

 

À voir également dans le département

Lou Canoun de Miejour - Le canon à ses débuts

Lou Canoun de Miejour ou quand Nice mange au coup de canon...

placeNice – Alpes-maritimes 
label Légendes, histoires & Trésors Etonnant... non ? Bastides, Villes & villages  

Le Musée du Cougourdon

placeL’Escarène – Alpes-maritimes 
label Musées & Collections  
Lucéram

Lucéram, village médiéval haut perché

placeLucéram – Alpes-maritimes 
label Bastides, Villes & villages  
Paul Deschanel

Quand Paul Deschanel, Président de la République lit deux fois le même discours

placeNice - Alpes Maritimes 
label Légendes, histoires & Trésors Etonnant... non ?  

Découvrez les régions du Grand Sud