Le Prieuré Sainte-Marie de Serrabone, chef d’œuvre de l’art roman

Sainte-Marie de Serrabona,  surplombe la vallée du Boulès, du haut de la « bonne montagne », en catalan la « serra bona ». 

L'origine de Serrabone se trouve à la fin du premier millénaire. Un peu avant l'établissement du prieuré, une petite église est, en effet citée, notamment comme lieu de pèlerinage.

Puis en 1052 Pierre Bernard fonde le prieuré avec 15 autres moines autour de cette église à la demande du vicomte de Cerdagne. Il s'agissait d'une communauté augustine qui obtint en 1082 la reconnaissance de la règle canoniale.

La chapelle du prieuré fut consacrée une première fois à une date inconnue.

Puis, au XIIe siècle, elle fut profondément modifiée. La nef principale, initialement unique, fut complétée au nord par une nef collatérale voûtée. Au sud fut érigée une galerie voûtée. Les moines construisent un cloître, un réfectoire, un dortoir … et  agrandissent l'église.

Ces travaux permirent une seconde consécration en 1151, consécration faite par l'évêque d'Elne Artal II et celui de la Seu d'Urgell.

L'église prit alors le nom de Santa Maria de Serrabona.

En 1822, la commune de Serrabona, pauvre et dépeuplée, est supprimée. Bergers et troupeaux se réfugient souvent dans le cloître ou l'église en partie ruinée.

Remarqué par François Jaubert de Passa, sous-préfet, le prieuré est visité par Prosper Mérimée.

En 1875, il est classé parmi les premiers « monuments historiques » ce qui contribue à son sauvetage définitif.

Au début du XXe siècle, sa tribune-jubé en marbre rose est dégagée.

Restauré depuis les années 1960, ce haut-lieu de l'art roman domine aujourd'hui un vaste espace naturel protégé. 

En 1968, la famille Jonquères d'Oriola, propriétaire, l'offre au département des Pyrénées-Orientales qui l'ouvre au public.

Lors de votre visite, vous pourrez admirer, dans l’église, une splendide tribune en marbre rose aux colonnes surmontées de chapiteaux sculptés. Ces derniers, ornés de motifs floraux, d'anges et d'animaux, constituent un superbe témoignage de l'art roman roussillonnais.

Autre merveille, la galerie sud du cloître dont les arcades s'ouvrent sur un splendide cadre de verdure.

Autour du prieuré, un charmant jardin botanique riche en plantes méditerranéennes, vous accueille.

 

 

De nos jours, des visites commentées, des concerts et des manifestations culturelles se déroulent dans les jardins et dans l'église.

Plusieurs sentiers de promenade partent du prieuré.

 

L'équipe des guides du prieuré de Serrabona propose des visites commentées du monument  d’une durée moyenne d’1h15

Pour les groupes : sur réservation au 04 68 84 09 30 ou utilisateurserrabonne@cd66.fr

 

 

Prieuré de Serrabona
66130 Boule d'Amont
Tél.  : 04 68 84 09 30

 

http://www.ledepartement66.fr/102-prieure-de-serrabona.htm

 

  

 


Pour aller plus loin...

Le Prieuré Sainte-Marie de Serrabone, chef d’œuvre de l’art roman

Eglises romanes oubliées du Roussillon

L'art roman en Roussillon, célèbre au-delà des frontières, s'illustre par son architecture, mais aussi sa sculpture, sa peinture murale et son mobilier. Géraldine Mallet a recensé, visité et étudié églises, monastères et prieurés, certains magnifiquement mis en valeur, d'autres méconnus, voire abandonnés à la végétation ou perdus au bout d'un long chemin. Elle nous fait partager son émerveillement devant les prouesses du bâtisseur de Saint-Martin-du-Canigou, dès le tournant du XIe siècle ; elle nous invite à mieux voir le linteau de Saint-Génis-des-Fontaines, première sculpture datée de 1019-1020 ; et nous dévoile l'histoire rocambolesque du cloître de Saint-Michel-de-Cuxa dont nombre de chapiteaux sont maintenant à New York... Nous découvrons avec elle les abbayes de Sainte-Marie d'Arles-sur-Tech et de SaintAndré-de-Sorède, la cathédrale d'Elne et la collégiale de Serrabone..., ainsi que nombre d'églises plus modestes, mais non dépourvues d'intérêt, comme celle de Saint-Martin-de-Fenollar, à l'abside couverte de peintures, de Planès, dont le plan complexe a tant intrigué..., et même les quelques édifices antérieurs à l'an mille, annonçant ce grand art qui s'imposa pendant plus de deux siècles en terres catalanes. Près de trois cents édifices religieux sont ainsi présentés selon six itinéraires : le long du littoral, dans les trois vallées, dans les hauts cantons et dans la plaine. Ils sont précédés d'une introduction riche d'enseignement, qui intéressera tant le médiéviste averti que le néophyte curieux. Un ouvrage de bibliothèque comme de terrain, illustré de nombreux dessins, cartes et photos en noir et blanc et en couleurs

À voir également dans le département

L'Abbaye dans la montagne, Saint-Martin du Canigou

placeCasteil - Pyrénées Orientales 
label Cultes religieux, mystiques & païens Edifices remarquables  
Le château Royal

Collioure, les artistes sont chez eux

place Collioure - Pyrénées- orientales 
label Gens d'ici Bastides, Villes & villages  
la tombe d'Arles-sur-Tech

La tombe du Mystère, eau miraculeuse et sarcophage...

placeArles-sur-Tech - Pyrenées-orientales 
label Saints, guérisseurs et autres miracles... Etonnant... non ? Cultes religieux, mystiques & païens  
La hêtraie de la Massane

La hêtraie de la Massane, patrimoine mondial de l’UNESCO

placeArgelès-sur-Mer – Pÿrénées-Orientales
 
label Grands sites Curiosités naturelles  

Découvrez les régions du Grand Sud