La Tour de la Babote, si particulière et si peu connue

 Peu de Montpelliérains connaissent les différentes affectations qu'a eu la Tour de la Babote, ce bâtiment atypique, haut de 26m, au cours des siècles.

Le nom de cet édifice viendrait de l’occitan « babota », qui signifie « fantôme ». En effet, la légende raconte que cette tour, si particulière, serait habitée par des âmes errantes. Elle fut également appelée « tour des Bains » du fait que des étuves, soit des bains publics, qui dataient de l’époque où les appartements n’étaient pas encore dotés d’eau courante, étaient placés non loin d’elle.

Une autre appellation datant du début du XVIIe siècle fut « La Belette ».

 

 

Un peu d’Histoire

Construite au XIIe siècle, en 1205 exactement, par Guilhem VI, sa partie inférieure est la seule d’origine. Tout comme la tour des Pins, elle faisait partie des anciennes fortifications de la ville de Montpellier.

En 1740, les Etats du Languedoc votent une gratification annuelle de six cents livres pour la construction d'un observatoire qui sera élevé sur la base d'une tour des remparts.

Les travaux seront achevés en 1745 et l'Académie des Sciences en prendra possession, puis la société royale des sciences y installera son siège de 1757 à 1761.

Une préoccupation notoire des astronomes de la Babote fut de la situer dans l'espace afin de pouvoir affiner leurs études.

Le 26 décembre 1783, un certain Sébastien Lenormand, inventeur du parachute aurait testé son invention en s'élançant depuis l'immeuble.

La toiture du bâtiment souffre des assauts du temps, certaines vitres sont cassées et les instruments d'observations subissent eux aussi les outrages des ans. Tout cela conduit le recteur de l'Académie à se dessaisir de son observatoire.

 

 

De multiples destinations

Le 1er janvier 1832, le télégraphe de Chappe s'installe sur la toiture de l'édifice et deux grands bras articulés permettaient d'envoyer des messages codés vers Paris, grâce à deux lignes différentes.

La première passait par Nîmes, Avignon, Lyon et Dijon et la seconde par Narbonne, Toulouse, Bordeaux et Tours. Ce télégraphe correspondait également avec Marseille, Toulon et Bayonne.

Puis, la faculté des sciences qui n'a toujours pas de lieu d'observation, récupère alors le bâtiment après des travaux de remise en l'état.

Elle y réalisera des études astronomiques et météorologiques qui seront publiées dans un journal local.

En 1890, la faculté s'installera dans de nouveaux locaux et la tour inemployée accueillera en 1899, la Société colombophile de l'Hérault.

En 1903, la Babote recouvre sa vocation astronomique en accueillant la Société Flammarion.
Mais en 1950, le maire attribue les locaux à l'Entente bibliophile qui y installe le musée du vieux Montpellier pendant 30 ans.

En 1981, la Fédération d'astronomie populaire amateur du Midi y installe son siège. 
Cette association occupe aujourd'hui encore cet édifice à l'architecture si particulière.

 

Les visites se font sur demande à l’office de tourisme.

Vous pouvez réserver à ce numéro : 04 67 60 60 60.

 

Tour de la Babote
17, boulevard de l'Observatoire

34000 Montpellier
Tél. 04 67 66 12 14 

 

 

 

http://www.montpellier.fr/336-tour-de-la-babote.htm

 

 

À voir également dans le département

Le Musée international du Jouet de Pézenas

placePézenas – Hérault 
label Musées & Collections  

Le muscat en plein air, au soleil et sous la neige

placeVic la Gardiole – Hérault 
label Etonnant... non ?  

Le Mikvé de Montpellier

placeMontpellier - Hérault 
label Cultes religieux, mystiques & païens  

Mais pourquoi a-t-on détruit les phallus de Béziers ?

placeBéziers – Hérault 
label Etonnant... non ?  

Nos partenaires