logo Grand Sud Insolite

Découvrir le Grand Sud
en empruntant les chemins de traverse,
hors des sentiers battus !
Insolite, oublié, bizarre, mystérieux, original, curieux, pittoresque, méconnu, merveilleux...


Vous êtes ici : Accueil / Régions / Occitanie / 31-Haute-Garonne / L'Occitanienne, Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac, dernier amour de Chateaubriand / imprimer l'article
Toulouse - Haute-Garonne

L'Occitanienne, Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac, dernier amour de Chateaubriand

  • L'Occitanienne,  Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac, dernier amour de Chateaubriand
  • L'Occitanienne,  Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac, dernier amour de Chateaubriand Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac
    Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac
  • L'Occitanienne,  Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac, dernier amour de Chateaubriand Le caveau des Castelbajac au cimetière de Terre-Cabade
    Le caveau des Castelbajac au cimetière de Terre-Cabade

C'est dans le cimetière de Terre-Cabade, à Toulouse,  que l'on trouve le caveau de la famille  de Castelbajac.
Léontine aura été le dernier amour de Chateaubriand.  En 1829, Chateaubriand a 61 ans, Léontine 26. Elle lui a écrit la première et ils vont entretenir une correspondance régulière. Ils ne se sont jamais vus et la rencontre aura lieu à  Cauterets dans les Hautes-Pyrénées.   Léontine de Villeneuve, comtesse de Castelbajac savait que l'écrivain était à Cauterets.
Ils se verront trois semaines durant, échangeant tous les jours des idées politiques, des points de vue différents, au travers de chastes rencontres.
Chateaubriand évoque cette période, sa rencontre avec celle qu'il nomme  « L'Occitanienne »,  dans « Les Mémoirs d'Outre Tombe ».
« J'allais rendre ma visite respectueuse à la naïade du torrent. Un soir qu'elle m'accompagnait lorsque je me retirais, elle me voulut suivre ; je fus obligé de la reporter chez elle dans mes bras. Jamais je n'ai été si honteux : inspirer une sorte d'attachement à mon âge me semblait une véritable dérision ; plus je pouvais être flatté de cette bizarrerie, plus j'en étais humilié, la prenant avec raison pour une moquerie  ».
L'histoire en resta là.
Léontine de Villeneuve rentre chez elle et se marie quelque temps plus tard. Elle coule des jours heureux entre Toulouse et Hauterive, son château du Tarn, et découvre que le poëte raconte son histoire  lorsque sont publiées  « Les Mémoires d'outre-tombe ».
Léontine prend peur du scandale et met à l'abri les lettres qu'elle a reçues, les copie et les confie à des proches pour justifier ses dires au cas où son nom viendrait à être révélé.
L'identité de l'Occitanienne sera connue lors de la publication des « Confidences » et des 70 lettres de Châteaubriand dans « Le Figaro » en 1924.

 

 

Nos partenaires :

Objectif Aquitaine : magazine régional d'informations Tlse - Cadeaux, tee-shirts, accessoires et carterie aux couleurs de Toulouse Les montres Lip, des modèles d'exception ! Sortir avec l'habitant et découvrir de nouvelles activités