Minerva, medieval city, former stronghold of Catharism

Classed among the "Most beautiful villages in France", the city of Minerve owes its name to the Occitan Menèrba, the Celtic men (stone, rock) and herbal derivatives (asylum, refuge).

Situated on a rocky promontory cut by two rivers, the Cesse and the Brian, at an altitude of 193 m, Minerve, the historic capital of the Minervois, is an ancient bastion of Catharism, destroyed in 1210 by Simon de Montfort. After the sacking of the town of Béziers in 1209, the siege of Minerve marked a high point in the struggle waged throughout the Cathar country.

Bombarded by the catapults, thirsty, the Perfect Ones, the name given to the Cathars, refused to abjure their faith and were condemned to be burned at the stake.

A stele was erected to commemorate a Cathar pyre.

A period that Minerve keeps in memory with its medieval alleys and within the Hurepel museum.

Another museum is dedicated to the important palaeontological discoveries made in the nearby Aldène cave.

In Minerve you should visit both museums, the Hurepel Museum and the Archaeological and Palaeontological Museum, but also the remains of the fortress and the octagonal tower, the double enclosure dating from the 12th century, the south gate with an ogival park dating from the 13th century, the old parapet walk and take the underground path under a limestone vault leading to the postern.

Finally, one cannot talk about Minerve and Minervois without forgetting the panorama of the gorges, the natural bridges, the fruit of the work of water, forming tunnels pierced in the limestone of the causse and the AOC wines.

 

 

Minervois Tourist Office

9 Martyrs Street,

34210 Minerva

Tel: 04 68 91 81 43

 

https://www.minervois-tourisme.fr/minerve

 

 


To go further....

Histoire des Cathares

Michel Roquebert a reconstitué avec une minutie inégalée la société cathare, son histoire et celle de sa répression, en se fondant uniquement sur les sources du temps : traités et rituels cathares, chroniques, interrogatoires et sentences de l'Inquisition, correspondances des papes, des rois et des grands, canons conciliaires, actes publics et privés de tout ordre. Cette "Histoire des Cathares", couvrant plus de trois siècles, raconte l'hérésie, sa nature exacte, son essor dans l'Europe entière et les raisons de son développement particulier dans les Etats du comte de Toulouse et des vassaux, correspondant, en gros, aux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon; la croisade, lancée en 1209 par le pape Innocent III, jusqu'à la chute de Montségur en 1244; l'Inquisition, fondée en 1233 à Toulouse, pour éradiquer le christianisme dissident dont elle ne vient à bout que dans le premier quart du XIVe siècle.

Michel Roquebert, Grand Prix d'Histoire de l'Académie française, lauréat de l'Académie des Jeux Floraux et de l'Académie du Languedoc, est très connu de tous ceux qu'intéresse l'histoire du catharisme. Les quatre premiers tomes de son Epopée cathare, ainsi que le cinquième – Les Cathares, de la chute de Montségur aux derniers bûchers –, paru chez Perrin, ont été des succès, tout comme son fameux album, Les Citadelles du vertige (1972) ou Montségur, les cendres de la liberté (1992), et La religion cathare (2001).
Les Cathares

Au XIIe siècle, le Pays Cathare fut le théâtre d’une guerre parmi les plus meurtrières du Moyen Âge. La croisade contre les Albigeois poursuivait deux objectifs : éradiquer le catharisme, considéré comme une hérésie par l’Église catholique romaine, et soumettre l’Occitanie jusqu’à son annexion à la couronne de France.

Démonisés, persécutés, anéantis, les Cathares n'ont pas pour autant disparu de la mémoire des hommes. Par-delà les mythes et les légendes, les «bons hommes» et les «bonnes femmes» ont laissé des traces écrites de leur passage et de leur message.

À quoi croyaient les Cathares ? À quel courant religieux appartenaient-ils ? Que leur reprochait l’Église ? Pourquoi les a-t-on brûlés ? Quelle est la part du mythe et de la réalité ? Comment cette société était-elle organisée ? Pourquoi a-t-elle disparu ?
Autant de questions qui trouvent leurs réponses dans ce livre.
Cathares et catharisme : De l'esprit à la persécution

Le catharisme a fortement imprégné la société médiévale occitane aux xIIe et xIIIe siècles. L’initiation cathare visait à former des êtres humbles, épris de vérité et d’amour, fraternels, pouvant résister à l’oppression féodale. Ces « Parfaits » cathares travaillaient à l’avènement d’une société juste, guidés par l’amour du prochain et de la charité. Broché 15 x 21 - 256 pages - Illustrations
Les Cathares

Démonisés, persécutés, anéantis, les cathares n'ont pas pour autant disparu de la mémoire des hommes. Par-delà les brumes de légende qui masquent leur figure, les « Bons Hommes » et les « Bonnes Femmes » ont laissé des traces écrites de leur passage et de leur message. Anne Brenon, l'une des plus grandes spécialistes mondiales de cette foi mal connue, nous fait entrer dans leur intimité. Loin de l'image d'une communauté recluse aux doctrines occultes, elle nous fait découvrir des individus pieux et charitables, engagés dans la vie de la cité. Face à « l'Église qui possède et qui écorche », ils affirment incarner « l'Église qui fuit et qui pardonne », la seule qui soit fidèle à l'héritage des apôtres. Si le catharisme organisé a péri sur les bûchers quoiqu'il ait survécut un peu plus longtemps qu'on ne croit), son esprit peut encore inspirer tous ceux qui, contre les puissances de ce monde, prennent le parti des âmes en souffrance.
La religion cathare

Après ses ouvrages sur l'histoire du catharisme, Michel Roquebert, le plus grand spécialiste du sujet, propose une étude des théories et pratiques de cette dissidence chrétienne.

Du XIe au XIVe siècle, la chrétienté médiévale fut traversée, des Balkans à la Champagne, de l'Italie et du Languedoc à la Flandre et à la Rhénanie, par un vaste courant religieux. L'histoire connaît cette hérésie sous le nom de catharisme. Ses adeptes imputaient la création du monde visible non point au " bon " Dieu, mais à un principe mauvais qui, en créant l'univers matériel et le temps qui corrompt toute chair, a permis au mal de se manifester par la souffrance et par la mort. Ils se proclamèrent chrétiens, mais le dualisme sur lequel reposait leur foi les fit accuser d'être de " nouveaux manichéens ". Ce fut à ce titre qu'ils furent persécutés jusqu'à leur éradication complète, leur dogme constituant pour l'Eglise un danger évident.
On ne les a longtemps connus que par les écrits de leurs adversaires. Or la découverte de textes authentiquement cathares a permis d'avoir une vue plus juste des choses. Michel Roquebert se penche sur leur foi elle-même, comme sur les pratiques qui l'accompagnaient, en les comparant point par point à l'orthodoxie catholique.

Also to be seen in the department

Bruno et Adrienne Verducci

La tielle de Sète

placeSète – Hérault 
label Gastronomy [to eat]  
Georges Brassens

Brassens on the Motorway

placeLoupian - Hérault 
label People from here  
La statue de Manitas de Plata

The statue of Manitas de Plata erected in Montpellier

placeMontpellier - Hérault 
label People from here Amazing... isn't it?  
La Tour romane de Puissalicon

The Romanesque tower of Puissalicon, an astonishing bell tower

placePuissalicon - Hérault 
label Remarkable buildings Amazing... isn't it? Religious, mystical & pagan cults  

Discover the regions of the Great South