En l'an 2013, l'Hôtel Negresco fête ses 100 ans

Ne cherchez plus d'où lui vient son nom, c'est tout simplement Henri Nesgresco qui l’a fait bâtir en 1913.
L'hôtel Negresco est un hôtel de luxe situé sur la promenade des Anglais à Nice.
Il a obtenu sa cinquième étoile en août 2009.
C'est l'un des rares survivants de l'hôtellerie du début du XXe siècle.
Ses façades sont basées sur une trame néoclassique, avec une ornementation opulente quasi-baroque.
Le 13 juin 2003, les façades et les toitures de l'ensemble des bâtiments donnant sur les quatre rues ainsi que le grand hall central dit « salon royal » avec sa verrière sont classés à l'inventaire des monuments historiques.
Le 1er mars 2001, il obtient le label « Patrimoine XXe siècle ».
Il naît sous l’impulsion du Roumain Henri Negresco qui durant de nombreuses années et dans les palaces de toute l’Europe, fut le maître d’hôtel irremplaçable auprès de clients richissimes. Negresco confie la conception de l'édifice à l'architecte Édouard-Jean Niermans à qui l'on doit entre autres l'Hôtel du Palais à Biarritz, les transformations de l'Hôtel de Paris Monte-Carlo, le Moulin rouge, le Casino de Paris.
Le plan de l'hôtel adopté et corrigé par Negresco rappelle celui du Grand Hôtel de Madrid.
Le 4 janvier 1913, l'inauguration est somptueuse.
Chacun s’extasie devant le grand hall elliptique de style Louis XVI, la rotonde lumineuse, le tapis géant d’un coût de 300 000 francs de l'époque ou encore l’ameublement signé Paul Dumas dans les 450 chambres.
La verrière, comme en témoigne son classement aux monuments historiques, est l'œuvre d'Edouard-Jean Niermans qui concevait ses bâtiments dans leur totalité.
La modernité n’est pas en reste, les commutateurs électriques à portée de la main, le nettoyage par aspiration d’air, l'autoclave à vapeur et l’installation d'un service pneumatique de distribution de courrier par tube dans les chambres en sont les témoins.
Le Negresco traverse les deux guerres et en 1957, l'hôtel est racheté par Jean-Baptiste Mesnage. Celui-ci le confie à sa fille Jeanne qui vient d'épouser Paul Augier, avocat et homme politique niçois.
L'hôtel reste un palace mais devient aussi une galerie d'art permanente. 
Au décès de son mari en 1995, Jeanne Augier continue de diriger ce palace qui reste, aujourd'hui, l'un des rares palaces indépendants de France.
L'heure du centenaire du Negresco approchant, de grands travaux sont mis en route et redonne au palace un lustre étonnant. 
Jeanne Augier, sans descendance, a décidé de léguer le Negresco et sa fortune à une fondation qui se donne trois objectifs : la défense des animaux, l'aide apportée aux personnes handicapées ou aux personnes en détresse, ainsi que la participation active à la préservation culturelle en France, notamment en assurant la sauvegarde de l'hôtel Negresco et de ses collections.
On a souvent vu Le Negreso au cinéma, plus d'une trentaine de films y ont été tournés, « La Cage aux folles 2 » ou encore « Le Héros de la famille », réalisé par Thierry Klifa en 2006, à Nice.
De nombreuses scènes de ce film ont été tournées en décor naturel au Negresco : le hall, le salon Versailles, une des suites, le restaurant Le Chantecler et le bar Le Relais ont été utilisés.
Toute l'équipe du film fut logée au Negresco. 
Au générique on retrouve  Catherine Deneuve, Emmanuelle Béart, Miou-Miou, Gérard Lanvin, Claude Brasseur, Valérie Lemercier, Géraldine Pailhas.
En 1965,  Georges Lautner y tournera « Ne nous fâchons pas » avec Mireille Darc et Lino Ventura.

http://www.hotel-negresco-nice.com/ 

À voir également dans le département

La très étonnante tombe de la « Bête »

placeVallauris – Alpes-maritimes 
label Edifices remarquables  
La plage de Roquebrune, toute proche

Le château de Le Corbusier

placeRoquebrune-Cap-Martin – Alpes-Maritimes 
label Gens d'ici  

Les « ca d’arbinée » de La Brigue

placeLa Brigue – Alpes-maritimes 
label Etonnant... non ?  

Deux mille ans et toujours vert

placeRoquebrune-Cap-Martin - Alpes-Martimes 
label Curiosités naturelles  

Nos partenaires