logo Grand Sud Insolite

Découvrir le Grand Sud
en empruntant les chemins de traverse,
hors des sentiers battus !
Insolite, oublié, bizarre, mystérieux, original, curieux, pittoresque, méconnu, merveilleux...


Vous êtes ici : Accueil / Régions / Occitanie / 31-Haute-Garonne / Voix d'origine non contrôlée / imprimer l'article
Toulouse - Haute-Garonne

Voix d'origine non contrôlée

Carlos Gardel était un chanteur et compositeur naturalisé argentin, considéré comme le roi du tango, le plus important de la première moitié du XXe siècle.
Sa naissance a toujours été entourée d'un véritable mystère : Toulouse, l'Uruguay ?
La bataille continue.
Il choisira l'Argentine, le pays du tango, plus tard.
Dans leur ouvrage « Carlos Gardel : ses antécédents français », Monique Ruffié, Juan Carlos Esteban et Georges Galopa apportent des pièces qui tendent à prouver que Carlos Gardel est bien né à Toulouse, le 11 décembre 1890, de la repasseuse française Marie Berthe Gardes, originaire de Saint-Geniès-d'Olt (Aveyron), et de père inconnu, sans doute un séminariste cousin de Berthe.
Sa prétendue nationalité uruguayenne n'aurait eu qu'un seul but : lui éviter des problèmes lors de ses tournées en Europe.
Sa naissance française le rendait en effet mobilisable durant la Première Guerre mondiale, et donc passible de sanctions pour désertion lors de ses passages en France.
L'acte de naissance de l'Hôpital La Grave a été retrouvé par Monique Ruffié
Un autre version tendrait à prouver que son père se nommerait Paul Lasserre, originaire du quartier de Saint-Aubin à Toulouse.
Pour un enquêteur uruguayen  « Gardel n'a pas utilisé de documents français pour régulariser sa situation, simplement parce qu'il n'était pas Charles Romuald Gardès, de Toulouse.  Les raisons profondes d’entretenir ce mystère ont vraisemblablement été motivées par le désir de permettre à Berthe Gardes, sa mère adoptive, d’accéder à l'héritage du chanteur, puisque c'était son souhait. Gardel se disait Uruguayen parce qu'il était Uruguay et issu d'une relation adultérine d'un homme politique.
Ensuite, Gardel a adopté la citoyenneté argentine parce qu'il a aimé Buenos-Aires et qu’il était reconnaissant et a toujours gardé un coin de son cœur. « La France pour lui était étrangère » conclut cet enquêteur uruguayen.
Une certitude ; son enfance s'est déroulée à Buenos-Aires
Pendant son adolescence, en quête d'indépendance, il abandonna son foyer et fit divers petits boulots pour subsister.
Il fut toujours attiré par le chant, s'amusant à imiter les grands ténors et chantant aussi dans un café nommé O'Rondeman en échange de ses repas.
Devenu adulte, il donna ses lettres de noblesse à ce mode culturel de musique et de danse qu'est le tango argentin et connût ainsi un succès mondial.
Il tourna dans de nombreux films à succès de cette époque, dont les scénarii étaient pour lui prétexte à chanter.
Sa dernière grande tournée  s'est déroulée en novembre 1933, à Paris, puis à New York, et dans les grandes villes d'Amérique du Sud.
Le lundi 24 juin 1935, Carlos Gardel meurt au sommet de sa gloire près de Medellin en Colombie, dans l'accident de l'avion où il avait pris place.
Il ne devait pas revoir sa ville de Buenos-Aires. 
Etonnante à plus d'un titre, la voix de Carlos Gardel a été déclarée patrimoine de l'Humanité par l'Unesco, qui présente officiellement l'artiste comme un "chanteur Argentin né en France".
Ce qui n'empêchera pas les défenseurs Toulousains de sa mémoire de ne pas croire à cette origine.

Nos partenaires :

Objectif Aquitaine : magazine régional d'informations Tlse - Cadeaux, tee-shirts, accessoires et carterie aux couleurs de Toulouse Les montres Lip, des modèles d'exception ! Sortir avec l'habitant et découvrir de nouvelles activités