Nore, petite fée bienfaitrice et Bug et Arach, lutins astucieux

Cette histoire remonte à fort longtemps, quand les Audois «  vénéraient les fées,  qui, armées de longues piques, chassaient les dragons et les serpents qui infestaient le pays, et dispersaient les nuages malfaisants pour la levée des récoltes. Les lutins, petits dieux des bois et des taillis, chassaient, eux, les vipères et dénichaient les corbeaux et les pies rapaces » .

Parmi les fées et les lutins, la déesse Nore et les lutins Bug et Arach étaient les plus aimés et célébrés.

De son côté, Cers, fils d’Eole, père des vents et de la tempête étai accusé par les paysans de ravager les récoltes, dépouiller les arbres de leurs fleurs et parfois de découronner même les toits des maisons.

En vain les fervents de Nore et des lutins Bug et Arach suppliaient-ils ces derniers d’intervenir auprès de Jupiter pour conjurer les méfaits de Cers.

 

Nore…

Un jour que la tempête avait fait rage plus que de coutume, la fée Nore, résolut d’implorer de front le grand Jupiter. Touché de cette sainte audace, le maître du tonnerre lui promit de calmer les colères de Cers et de veiller sur la contrée qu’elle aimait.

Un soir qu’il faisait nuit noire, Cers, se déchaîna en une tempête furieuse.

Nore adjura Jupiter de tenir sa promesse.

Tout à coup le vent se calma et tandis que la petite fée vola au dehors, « elle eut l’impression, que le large plateau où la vue se promène s’élargit, s’éleva progressivement, devint monts, puis chaîne et par un prodige qu’elle ne put expliquer, elle se trouva elle-même comme par enchantement, sur le sommet le plus élevé de cette nouvelle montagne dressant sa pique vers le ciel. Depuis ce jour le pays, en proie aux colères du Cers, se trouva abrité par le rempart de montagnes qu’avait fait surgir féériquement la puissance de Jupiter, sollicitée par la petite fée ».

C’est ainsi que les paysans reconnaissants appelèrent le plus haut sommet de cette chaîne protectrice « La pique de Nore ».

 

Et Bug et Arach…

Encouragés par l’exemple de Nore, les lutins Bug et Arach se décidèrent eux aussi à « implorer Jupiter pour qu’il délivre les pays qu’ils habitaient des colères malfaisantes du même dieu Cers. Mais afin de mieux se faire entendre, Bug grimpa sur les épaules d’Arach et fit sa prière à Jupiter qui se laissa fléchir et dressa dans les nues un promontoire protecteur, fait du mont même sur lequel s’étaient placés ces deux lutins pour l’implorer.

A l’abri de ce nouveau rempart, qui portera désormais le nom de Bugarach, toute la plaine du Roussillon et le plateau des Corbières ne craindront plus jamais les colères désastreuses de Cers ».

  

Source: Abbé P Montagné. « Les superstitions audoises » . 1941.

 

À voir également dans le département

Le Musée de l'Automate

placeLimoux – Aude 
label Musées & Collections  
Le moulin

Du papier avec des bouses d’éléphant

placeBrousses-et-Villaret - Aude 
label Etonnant... non ?  
Le Carnaval de Limoux

Le Limouxin, un hebdo toujours d'actu

placeLimoux - Aude 
label Records : Les + et les -  
Abbaye de Fontfroide

La route des abbayes et chapelles audoises

placeAude 
label Routes & chemins  

Nos partenaires