James Colomina et les petits hommes rouges

label

James Colomina réalise ses sculptures à partir de moulages corporels et de structures mixtes. Son art était d'abord intimiste et réservé à son proche entourage. 

De nature hypersensible face à des actualités qu’il juge cruelles, James a peu à peu ressenti le besoin de créer des œuvres porteuses de sens, et d’exprimer à travers elles l’ironie de la condition humaine.

 Il déplore chez son espèce une inexorable solitude, une facilité à être manipulée, un certain penchant pour l’autodestruction et  l’intolérance ; et aime à penser que ses sculptures dérangent. 

Choquer constitue ainsi un moyen d’interpeller, d’interroger, de susciter des réactions.

Au-delà de cette rhétorique nihiliste, l’œuvre de James Colomina est guidée par des obsessions plus personnelles, notamment par l’idée du temps qui passe et de la mort. 

Admirateur de Maurizio Cattelan, de Banksy, de Blek le rat ; James Colomina est un fervent défenseur du street art, et pas seulement dans sa réalisation tangible. 

James Colomina considère que le street art est un art légitime au même titre que les autres, et milite pour ne pas l’exclure des galeries.

 

L’atelier

Boulevard de la Gare à Toulouse, le lieu qui fût jadis consulat d’Autriche, puis célèbre café toulousain, est aujourd’hui dévolu aux impulsions créatives du sculpteur James Colomina. 

En pénétrant dans l’atelier, rien de plus frappant que cette résine rouge carmin, omniprésente, dont l’artiste recouvre ses oeuvres avec constance et application. Difficile d’imaginer qu’il a d’abord essayé le blanc, le noir, les rose et vert fluo, le bleu puis le jaune vif…

Ce rouge, qui n’avait rien d’une couleur de prédilection, a fini par devenir une signature ; le jour où James Colomina a développé sa propre technique, sa propre dilution…son propre rouge, en somme. Désormais dans sa tête, les idées surgissent rouges. Il confesse aimer le contraste, l’ambivalence des émotions que lui inspire cette teinte.

 

https://www.james-colomina.com/bio/

 

 

À voir également dans le département

Midi-Pyrénées Patrimoine

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Gens d'ici  
L'ensemble de la Fonderie

L’Espace muséographique « Georges Baccrabère », le musée le plus secret de Toulouse

placeToulouse – Haute-Garonne 
label Musées & Collections  

Les petits hommes rouges de James Colomina

placeToulouse - Haute Garonne 
label Etonnant... non ?  

Patrimoine en Midi-Pyrénées

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Made in Grand Sud  

Nos partenaires