Les Simiots, ces horribles démons...

Selon une chronique du XVIIe siècle les Simiots étaient des êtres malfaisants qui vivaient un temps en Vallespir. 

« Il faut savoir qu'il existe au milieu d'Arles, dans une vallée que traverse le fleuve appelé Tech par les habitants, en comté du Roussillon, au territoire de Vallespir, au diocèse d'Elna, un monastère de moines bénédictins de l'ordre de Cluny. Or il y eut une longue période pendant laquelle de terribles orages de grêle éclataient au moment où les récoltes allaient récompenser le dur labeur des paysans : dans les vignes, il ne restait ni feuilles ni fruits et dans les champs ne restaient que la paille sans le grain. Mais, ce qui est pire, la région n'était pas seulement en butte au fléau d'orages de grêle dévastateurs, mais elle était infestée de jour comme de nuit d'animaux malfaisants, entre autres des bêtes féroces assez semblables à des chats et même à des singes qui, sans crainte de l'homme, s'introduisaient dans les maisons, enlevaient les enfants de leurs berceaux, les étouffaient et les emportaient pour les dévorer. Tous les habitants de la contrée, aussi bien les moines que les laïcs, étaient consternés. On tint conseil pour voir ce qu'il serait bon de faire. Or il y avait en ce temps là, au monastère, un certain abbé Arnulfe, homme de sainte vie et de bonnes mœurs, ornés de vertus, humble, pieux et plein de sagesse. (...) Le Saint abbé se dit que tout cela était arrivé à cause de ses propres péchés et de ceux des habitants de la région, le fléau ne pourrait être conjuré que par l'arrivée en ce lieu d'Arles de reliques de quelques saints. »

Arnulfe partit alors pour Rome...

Homme très bon, il obtint de Jean XIII d'importantes reliques de Saint-Abdon et Sennen qu’il ramena à Arles-sur-Tech. Pour y parvenir il décida de cacher les reliques dans des barriques truquées. Il commanda deux barriques à trois compartiments dont il remplit les parties supérieures et inférieures de vin et cacha les reliques dans les parties du milieu.

Grâce à ce stratagème elles purent arriver à bon port, où on peut les voir encore de nos jours.

L'histoire raconte que dès que le convoi arriva, les Simiots disparurent...

La légende voyait alors le jour...

  

 

À voir également dans le département

Eus

Eus, un beau village et l'ombre de Boris Vian

placeEus - Pyrénées Orientales 
label Bastides, Villes & villages  

La cargolade, fierté catalane

placeBompas – Pyrénées-orientales 
label Gastronomie [à manger]  
Fête du babau

La Fête du Babau

placeRivesaltes - Pyrénées-Orientales 
label Légendes, histoires & Trésors  

Le beau village de Castelnou

placeCastelnou – Pyrénées-orientales 
label Bastides, Villes & villages  

Nos partenaires