Les Cryptoportiques d'Arles

Propriété de la ville d’Arles, les Cryptoportiques forment le soubassement, la partie invisible du Forum, place publique centrale de la ville romaine.

Il devaient supporter le Forum, l'une des premières réalisations urbaines de la nouvelle colonie romaine fondée en 46 avant .J.C..

« Ils se présentent sous la forme de trois galeries formant un U ouvert vers l'est. La galerie sud est creusée dans le rocher, alors  qu'au nord, le terrain est remblayé de plusieurs mètres, ce qui a permis la conservation de vestiges de la ville préromaine. Le niveau de circulation actuelle correspond assez bien à celui du sol antique, largement plus bas que le niveau actuel. Seule la galerie nord, en raison de la pente du terrain, s'ouvrait sur une place, ancêtre de l’actuelle place du Forum. Une quatrième galerie, caractérisée par l'emploi de briques, témoigne probablement d'une restructuration du forum à l'Antiquité tardive. 
Au début du Ve siècle,  les cryptoportiques furent cloisonnés pour servir de caves à des particuliers. A l'extrémité de la galerie sud, qui se trouve directement sous l'hôtel de ville, on peut observer d'anciennes prisons par les soupireaux. »

  

Un peu d’Histoire

Du fait de ces transformations, le passé du monument demeura longtemps mysrtérieux. On y vit un temps, des catacombes. A l'occasion du chantier de l'hôtel de ville au XVIIe siècle, on s'interrogea sur l'origine romaine de l'édifice. En 1737, un incendie dans les sous-sols de l'église Saint-Lucien, connue depuis le Xe siècle, révéla un frise sculptée confirmant cette hypothèse. En 1951, le déblaiement des galeries permettra de mettre à jour un dépôt de marbre contenant divers fragments de statuaire et d'inscriptions dont l'une à l'adresse de l'empereur Auguste.

Ces découvertes apportèrent la preuve de l'identité réelle des cryptoportiques et de l'importance du culte impérial lié au forum romain. 
L'accès aux cryptoportiques, pillées et parcellisées, sera totalement fermé au Xe siècle, avec la construction de l'église Saint-Lucien. Le long déblaiement de cave en cave et la fouille des galeries débuteront en 1935, avec des résultats particulièrement fructueux en 1951 permettant l'identification formelle de l'édifice.

En 1966, les galeries pourront être ouvertes au public, à partir de la chapelle des Jésuites, rue Balze.

Aujourd'hui, on étudie un nouveau cheminement pour les visiteurs en déplaçant l'accueil à l'extrémité de la galerie sud, soit précisément sous l'hôtel de ville.

 

Mise en lumière

En 2018, les Cryptoportiques ont vu leur première galerie mise en lumière

La mise en lumière complète du site, dans les 350 mètres de galeries, pourra être réalisée grâce au mécénat de la maison Gucci, qui a souhaité apporter son soutien financier à la Ville, à hauteur de 250 000 euros, pour la restauration de son patrimoine. Une enveloppe de 70 000 € sera consacrée à cette mise en valeur.

Les cryptoportiques sont l’un des six monuments gérés par la Ville, amphithéâtre, théâtre antique, cryptoportiques, thermes de Constantin, site des Alyscamps et Cloître Saint-Trophime.
Ils sont ouverts tous les jours de 9h à 19h, en haute saison (mai à septembre).
Accès aux cryptoportiques par la salle des Pas Perdus de l’hôtel de Ville, place de la République.


Direction du Patrimoine 04 90 49 38 20.

 

 www.ville-arles.fr

  

Hôtel de ville
Place De la République
13200 Arles

Tél. : 04 90 49 59 05

 

www.patrimoine.ville-arles.fr/arles/ville.cfm

 

 

 

 

À voir également dans le département

La dernière demeure de Pablo Picasso

placeVauvenargues – Bouches-du-Rhône 
label Cultes religieux, mystiques & païens  

La Petite Provence du Paradou, village miniature de Santons

placeLe Paradou – Bouches-du-Rhône 
label Musées & Collections  

La Marseillaise à moitié de Marseille

placeMarseille – Bouches-du-Rhône 
label Etonnant... non ?  

Quand le Bar de la Marine retrouve Marseille

place Marseille – Bouches-du-Rhône 
label Films : lieux de tournage  

Nos partenaires