Eternel Concorde !

Le Concorde a volé pour la première fois le 2 mars 1969, pendant 42 minutes, à la vitesse maximum de 463 kilomètres à l'heure.

Son dernier vol date du 26 novembre 2003.

C'est en 1959 qu'ont eu lieu les premières ébauches de projet d'avion supersonique pour succéder au malheureux Comet, imaginé par les Britanniques.

En France, c'est vers 1960 que les sociétés Sud Aviation, Nord Aviation et Dassault ont également l'idée d'un moyen courrier qui volerait à Mach 2. 

Finalement Sud Aviation, avec son directeur Louis Guista, sera le principal maître d'œuvre du projet côté français.

 

 

Un supersonique franco-britannique

Le 13 janvier 1963, le président de la République, Charles de Gaulle prononce officiellement le nom « Concorde » lors d'un discours de politique générale. 

Concorde sera un avion franco-anglais.

Le 24 octobre 1963 est présentée la première maquette en bois à l'échelle 1. 

Cette maquette est destinée aux études des divers aménagements et passages de tuyauteries. 

Le CEAT à Toulouse recevra lui aussi une maquette en bois pour les aménagements divers dans le fuselage.

L'assemblage d'un premier prototype, Concorde 001, débuta à Toulouse en avril 1966 et l'avion sortit des hangars le 11 décembre 1967 sous l'immatriculation F-WTSS,  "TSS" signifiant «  transport supersonique ». Au moins une section fut construite en Grande-Bretagne, puis acheminée à Toulouse via Cherbourg.

Un second prototype, immatriculé G-BSST, sort des chaînes le 19 septembre suivant. 

L'avion est présenté officiellement, le 11 décembre 1967. 

Il est ensuite présenté à la population toulousaine le 28 janvier 1968.

Le premier vol d'essai de Concorde 001, qui dura 29 minutes, eut lieu au-dessus de Toulouse, le 2 mars 1969. 

L'équipage était composé d'André Turcat aux commandes, secondé par Jacques Guignard, Henri Perrier et Michel Retif. 

Le prototype 001 fut rejoint pour les essais par Concorde 002, qui vola pour la première fois un mois plus tard, le 9 avril.

Les premiers vols commerciaux commencèrent le 21 janvier 1976, sur les trajets Paris–Rio de Janeiro via Dakar et Londres-Bahreïn. 

Les deux appareils décollaient quasi simultanément. 

La première liaison commerciale Air France Paris–Caracas via les Açores fut effectuée le 9 avril 1976.

 

 

 

Une lente descente aux enfers

Concorde va subir, dans les années 70 une double peine : les américains ont tout fait pour que l'avion ne se pose pas sur leur territoire et, de plus, l'avion va subir de plein fouet le premier choc pétrolier qui renchérissait le prix de son exploitation.

Le 21 septembre 1979, les gouvernements britannique et français décident d'un commun accord d'arrêter la production du supersonique. Seize appareils et 88 réacteurs auront été construits. 

Les cinq Concorde invendus vont être attribués aux opérateurs des deux pays : British Airways, qui possède cinq supersoniques, obtiendra ainsi deux Concorde alors qu'Air France, dont la flotte comprend quatre Concorde, s'est engagée à verser un franc symbolique pour chacun des trois avions qui va lui être attribué.

Le mardi 25 juillet 2000, un Concorde de la compagnie Air France s'écrase à Gonesse, dans le Val d'Oise, avec cent personnes a bord. Lors de décollage de la piste 26 droite de l'aérodrome de Paris-Charles de Gaulle, le pneu avant droit du train gauche se détériore et des morceaux de pneu sont projetés contre la structure. 

Un feu important se déclare sous la voilure gauche. 

Des problèmes moteur apparaissent peu après sur le moteur 2 et momentanément sur le moteur 1. 

L'avion ne peut ni prendre d'altitude ni accélérer. L'équipage constate que le train ne rentre pas. 

À la vitesse de 200 nœuds et à l'altitude radio sonde de 200 pieds, il vole pendant environ une minute. 

Le moteur 1 s'arrête. L'avion s'écrase sur un hôtel au lieu-dit La Patte d'Oie de Gonesse.

Le 23 juillet 2005, après quatre ans d'expertises, l'information judiciaire ouverte au lendemain de l'accident aboutit fin 2004 à un rapport final désignant deux causes majeures :

- une lamelle métallique, perdue avant le décollage du Concorde par un DC-10 de Continental Airlines ; 

- un défaut du Concorde au niveau de l'intrados de l'aile de l'avion, connu du constructeur depuis 1979.

Les derniers vols commerciaux de Concorde avec Air France décollent de l'aéroport JFK de New York pour  Roissy le 31 mai 2003.

Le dernier Concorde de British Airways décolle de la Barbade le 30 août 2003.

En France les Concorde sont exposés au musée de l'Air et l'Espace du Bourget, au musée Delta à l'aéroport d'Orly et deux Concorde sont accueillis par le Musée Aéroscopia de Toulouse Blagnac.

 

 

 

 

À voir également dans le département

Les bébés de la Vierge Noire

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  
Philippe Polderman

Fer, Route, Air, Mer

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Made in Grand Sud  
André Téchiné

André Téchiné dans son jardin, à Luchon

placeLuchon – Haute-Garonne 
label Films : lieux de tournage  
Escanecrabe

Escanecrabe la burlesque

placeEscanecrabe - Haute-Garonne  
label Etonnant... non ?  

Nos partenaires