Le miracle de Saint-Eloi

Avant d’être conseiller du Bon Roi Dagobert 1er, Saint Eloi fut maréchal-ferrant, puis orfèvre.

Il est souvent représenté en évêque portant un marteau, une enclume ou un fer à cheval et souvent accompagné d'une tête ou d'une patte de cheval.

Ainsi, sur un bas-relief dans la chapelle d’accès au clocher de la collégiale Saint-Maurice d’Oiron, apparaît Saint-Eloi, maréchal-ferrant.

Il figure à côté d'un cheval qu'un paysan lui amène pour le soigner.

Saint Eloi coupe alors la patte du cheval pour le ferrer, puis la lui remet en place sans dommage.

Une autre légende va plus loin, le cheval ne se laissant pas faire, Saint-Eloi coupa le membre du cheval, le plaça sur l’enclume et posa le fer. Puis, l’opération terminée, il replaça le sabot ferré sans dommage pour le cheval et fit ainsi pour les trois autres membres.

Ce bas-relief d’Oiron a servi sans doute de support à un culte local car on invoquait fréquemment Saint-Eloi pour la guérison des chevaux.

En tout cas, on remarque au-dessus du bas-relief un fer à cheval fixé au mur.

 

De là est sans doute venue l’expression « Coupez lui les pieds à la Saint-Eloi ».

 

À voir également dans le département

Le pigeonnier et son chêne

placeBéceleuf -Deux-Sèvres  
label Etonnant... non ?  

Le SCOFA, une spécialité Niortaise bien mystérieuse

placeNiort – Deux-Sèvres 
label Gastronomie [à manger]  

La légende du Chabichou

placeDeux-Sèvres 
label Légendes, histoires & Trésors  
La ballade des pendus

La dernière frasque de François Villon à Saint Maixent

placeSaint Maixent - Deux-Sèvres 
label Légendes, histoires & Trésors  

Nos partenaires