Ernest Pérochon, écrivain méconnu du grand public, Prix Goncourt quand même

Ernest Pérochon, né en 1895 à Courlay, l’année même où l’école publique est construite au hameau de la Tour Nivelle.

Ernest Pérochona vu le jour dans la ferme du Tyran, toute proche de cette école qu’il fréquente jusqu’au Certificat d’Etudes Primaires.

Brillant élève, il entre en 1900 à l’Ecole Normale de Parthenay afin de devenir un instituteur de la République. En 1903, il est en poste comme adjoint à Courlay.

Après son service militaire, il épouse en 1907 une collègue, Vanda Houmeau.

Nommés à Saint-Paul en Gâtine, commune du département des Deux-Sèvres, ils vont s’atteler à instruire les enfants du village mais aussi leur fille, Simone, qui naît en 1908. Des années de lecture ont donné à Ernest Pérochon l’envie d’écrire. Il commence par deux recueils de poèmes qui reflètent son amour pour le monde paysan, son Poitou et les enfants. Il se fait l’héritier de la tradition paysanne et des conteurs.

En 1912, il débute l’écriture d’un premier roman, « Les Creux de Maisons ». Ernest Pérochon met en lumière les conditions difficiles des paysans et de leurs enfants, ces «va-nu-pieds» qu’il côtoyait à Courlay. Cette histoire paraît sous forme de feuilletons dans le journal l’Humanité. L’année suivante, il l’édite avec ses propres fonds.

Après la première guerre mondiale, l’instituteur Pérochon reprend du service.

En 1920, il publie aussi un nouveau roman à ses frais, qu’Il l’intitule « Nêne ». Présenté au Prix Goncourt, ce dernier lui est décerné ! 

Lors de la seconde guerre mondiale, il refuse de collaborer avec le régime de Vichy, est considéré alors comme « gaulliste, propagandiste, agitateur de la jeunesse ». 

Les pressions qui sont exercées sur lui provoquent une seconde attaque cardiaque en février 1942 qui lui sera fatale !

Enterré sans obsèques officielles, les écoles de Niort ont l’interdiction de venir se recueillir sur sa tombe. La fin de la Seconde Guerre mondiale redonne ses lettres de noblesse à cet homme dont le gendre, Delphin Debenest, magistrat et résistant participe au procès de Nuremberg mené contre les Nazis.

La mémoire d’Ernest Pérochon perdure également à Niort avec la création de l’association des Amis d’Ernest Pérochon.

 

Une œuvre d’Ernest Pérochon a été reprise au cinéma, « Les Gardiennes » de Xavier Beauvois avec notamment Laura Smet et Nathalie Baye. Il a été tourné en Haute-Vienne, à Montrol-Sénard.

 

A Courlay, au Musée de la Tour Nivelle, une maison littéraire plus précisément porte son nom et lui rend un vibrant hommage.

 

 

Les œuvres d’Ernest Pérochon

Recueils de poèmes

–      1908 : Flûtes et Bourdons


–      1909 : Chansons alternées

 Romans

–      1913 : Les Creux-de-Maisons


–      1920 : Nêne


–      1920 : Le Chemin de plaine


–      1922 : La Parcelle 32


–      1923 : Les Ombres


–      1924 : Les Gardiennes


–      1925 : Huit gouttes d’opium


–      1925 : Les Hommes Frénétiques


–      1927 : Bernard l’ours et la torpédocamionnette


–      1929 : Le crime étrange de Lise Balzan


–      1931 : Marie Rose Méchain


–      1932 : L’eau courante


–      1932 : Les fils Madagascar


–      1933 : Barberine des Genêts


–      1934 : Les Endiablés


–      1936 : Milon


–      1939 : Babette et ses frères


–      1943 : Le chanteur de Villanelles

 

Essai

– 1927 : L’instituteur

Livres pour enfants

–      1929 : Le livre des quatre saisons


–      1930 : Contes des cent un matins


–      1932 : Au point du jour


–      1934 : Les yeux clairs


–      1936 : A l’ombre des ailes


–      1938 : Nicolas et Nicolette


–      1938 : Tap-Tap et Bilili

 

La Tour Nivelle,

79440 Courlay

Tél. : 05 49 80 29 37

 

tournivelle@wanadoo.fr   

 

 

http://www.tournivelle.fr/

 

 

À voir également dans le département

Le Rallye du Marais poitevin, la plus grande manifestation nocturne de canoë-kayak en France

placeCoulon – Deux Sèvres 
label Records : Les + et les -  

Au Petit Brasseur dans le bon wagon

placeBressuire – Deux-Sèvres 
label Hôtels, restaurants, bars  
Le village-rue

Sansais-La Garette le village-rue

placeSansais-La Garette – Deux-Sèvres 
label Bastides, Villes & villages  

La bière Casse Cou

placeNiort – Deux-Sèvres 
label Gastronomie [à boire]  

Nos partenaires