Le Musée Marcel Lenoir, mémoire d'un grand artiste trop peu connu

Le Musée Marcel Lenoir est situé dans l’ancien château de Montricoux qui garde encore quelques traces des templiers qui le bâtirent et qui fut un temps la propriété de Sully.

Il fut créé en 1983 par Claude Namy, qui réalise ainsi le rêve de Marcel Lenoir d’avoir un musée à son nom, uniquement consacré à son œuvre.

 

 

Marcel Lenoir

Jules Oury, dit Marcel Lenoir est né le 11 mai 1872 à Montauban où il passe toute son enfance.

Sur les conseils de son père, bijoutier-orfèvre, il « monte » à Paris où il commence à connaître le succès par ses enluminures puis par ses peintures.

Peintre réputé des XIXe et XXe siècles, ancienne figure du Montparnasse où il fréquenta Modigliani et Fernand Léger. Marcel Lenoir vint se retirer sur la fin de sa vie à Montricoux où il mourut en 1931.



Dessins, pastels, aquarelles, huiles et fresques permettent de découvrir ce grand maître qui a compté dans le paysageartistique de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle avant d’être victime d’un oubli progressif, puis bénéficiaire d’une certaine renaissance.

 

 

Le Musée

Il se décompose en neuf salles :

-       La première salle est celle des enluminures,

-       La deuxième salle montre qu’à partir de 1900, Marcel-Lenoir abandonne les enluminures et se tourne vers l’étude directe de la nature, ,

-       Le troisième salle ou salle de bal, regroupe des danses, des portraits, des autoportraits, comme la scène allégorique monumentale du Printemps, 1908, ou le portrait de La jeune fille au panier de fruits, vers 1919,

-       La quatrième salle montre des paysages des années 1916-1918, d’une facture très différente, traitée en à plats, cernée de traits grisés,

-       La cinquième salle composée de plusieurs portraits de femmes typiques des années 1920, annonce l’Art Déco, visible sur l’œuvre monumentale  « L’écharpe blanche », de 1925,

-       La sixième salle est une galerie de dessins, représentant des danses, des nus, ainsi que des portraits,

-       La septième salle ou salle à manger regroupe des natures mortes, ainsi que des scènes champêtres, traitées comme des hauts reliefs, tels que « Les heureux », vers 1920.

-       La huitième salle présente une fresque monumentale, « La joie de vivre », vers 1920-1921, ainsi qu’une fresque de petite dimension, «  Jeune fille aux anglaises », 1921,

-       La neuvième salle ou chapelle templière, conserve des œuvres monumentales religieuses, dont le polyptyque, « La vie de Jésus », vers 1919, ainsi que l’esquisse de « La mise au tombeau », vers 1920, dont l’œuvre achevée est accrochée dans l’une des chapelles de l’entrée à la Cathédrale de Montauban, grâce au don de Claude Namy en 1995.

 

 

Château de Montricoux

Musée Marcel-Lenoir,

82 800 Montricoux

Tél. : 05 63 67 26 48

 

contact@marcel-lenoir.com

 

http://www.montricoux.fr/

 

http://marcel-lenoir.com/241/

 

 

 

À voir également dans le département

« Lou Roc des Nobis » et la légende des mariés troglodytes

placeRoquecor - Tarn et Garonne 
label Légendes, histoires & Trésors  

La commune la plus incivique de France

placeBalignac - Tarn-et-Garonne 
label Records : Les + et les -  

Vieux fusil et vieux châteaux

placeBruniquel - Tarn-et-Garonne 
label Films : lieux de tournage  

L’église Saint-Martin, doyenne des églises de France

placeMoissac – Tarn-et-Garonne 
label Cultes religieux, mystiques & païens  

Nos partenaires