La cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, symbole de l’art roman

Contrairement à de très nombreuses cathédrales en France qui sont gothiques, celle d’Angoulême est de style roman. Un véritable bijou classé monument historique. Construite près du rempart de la ville, à l'initiative de Girard II, évêque d'Angoulême, elle a été agrandie et transformée au cours des siècles, notamment par l’ajout de nombreuses chapelles. Sa principale transformation date du 19e siècle, entre 1852 et 1875. L'architecte Paul Abadie (fils), soutenu par l'évêque Cousson, restitue l'édifice dans son hypothétique état originel en supprimant les chapelles. Le clocher est entièrement repris et l'intérieur de l'édifice est également restauré.

La cathédrale Saint-Pierre se compose d'une large nef, d'un transept et d'un chœur à abside demi-circulaire sur lequel sont greffées quatre absidioles.  Seule l'absidiole nord-est est romane, les trois autres ont été reconstruites au 19e siècle. Sur le modèle de l'ancienne cathédrale Saint-Front de Périgueux, la nef est couverte de trois coupoles. Cette file de coupoles a été imitée au 12e siècle dans plusieurs églises de l'Angoumois et de la Saintonge.

 

Une façade, pièce maîtresse

La façade, très sculptée, constitue la pièce maîtresse de l’édifice. Le décor de statues et de bas reliefs, très riche, date du 12e siècle, mises à part les représentations de saint-Martin, à droite du portail et de saint Georges, à gauche qui datent de la restauration du 19e siècle

Trois thèmes principaux sont présentés sur la façade : l’Ascension du Christ, son retour à la fin des temps lors du jugement dernier et la Pentecôte. A droite du portail, se trouvent une scène de chasse et une frise sculptée représentant un combat de cavaliers inspiré de la Chanson de Roland.

Le chapiteau de la cathédrale d’Angoulême dit des « saisons » décrit des scènes de travaux des champs. Une première face est décorée de rinceaux souples : ce serait le printemps ; la deuxième présente un homme portant un sceau : ce serait l’été ; la troisième, un homme qui serait en train de cueillir des fruits : ce serait l’automne ; enfin, la quatrième, un homme assis au repos : ce serait l’hiver.

  

http://decouverte.inventaire.poitou-charentes.fr/monuments-romans/angouleme.html

À voir également dans le département

L’église souterraine Saint-Jean, creusée dans le roc

placeAubeterre-sur-Dronne – Charente 
label Edifices remarquables  

Les charentaises Rondinaud, la tradition au goût du jour

placeLa Rochefoucauld – Charente 
label Made in Grand Sud  
La cathédrale Saint-Pierre

La cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, bijou de l'art roman

placeAngoulême - Charente 
label Edifices remarquables  

L’église souterraine Saint-Jean, un monument unique en Europe

placeAubeterre-sur-Dronne – Charente 
label Cultes religieux, mystiques & païens  

Nos partenaires