Collonges la Rouge, la cité aux vingt-cinq tours

Collonges la Rouge surnommée « la Cité aux vingt-cinq tours » est classée parmi les « plus beaux villages de France, une association fondée en 1982 par Charles Ceyrac, maire de Collonges de 1965 à 1996 et dont le siège est à Collonges.
Erigée sur la faille géologique de Meyssac, Collonges la Rouge doit son nom à son grès rouge qui la rend atypique.
Au VIIIe siècle à la suite d'une donation du comte Roger de Limoges,  les moines de l’abbaye de Charroux en Poitou fondent un prieuré, intégré dans la Vicomté de Turenne en 844 et qui attire, sous sa protection, nombre de paysans, d’artisans et de commerçants.
L’accueil des pèlerins en route pour Compostelle via Rocamadour est également une source durable de richesses. En 1308, le vicomte de Turenne accorde à la ville une charte de franchise, le droit de juridiction haute, moyenne et basse.
Après la vente de la vicomté à la Couronne de France en 1738 — qui entraine la fin de ses privilèges fiscaux — puis la Révolution, qui détruit les bâtiments du prieuré, le bourg ne retrouve qu’une prospérité éphémère au début du XIXe siècle.
Au XIXe siècle la cité tombe en léthargie et des maisons commencent à tomber en ruine.
Au début du XXe siècle, quelques Collongeois fondent l’association des Amis de Collonges permettant le classement du site tout entier en 1942.
En 1969, Collonges devient Collonges-la-Rouge.
En 2014, le centre du Village commence une rénovation en trois tranches.
Collonges la Rouge offre un patrimoine très riche et l’on se doit de visiter, l’Eglise Saint-Pierre et son clocher roman, la chapelle des Pénitents du XVe siècle et son exposition, la maison de la Sirène du XVIe siècle, musée d’histoire local, la cave voûtée de l'Office de Tourisme, le moulin à noix, le Moutardier du Pape, musée interactif sur les moutardes corrézienne, l'alambic animé, la halle et son four banal, les nombreux castels, des maisons remarquables…, bon nombre étant inscrits aux Monuments historiques.
A signaler enfin que Maurice Biraud, acteur et animateur radio a eu un coup de cœur  pour Collonges-la-Rouge qu’il a contribué à faire connaître et où il est d'ailleurs enterré et que plusieurs et séries ont été tournés dans la commune et notamment en 1932, « Poil de carotte » de Julien Duvivier et en 1962, « Le Chevalier de Pardaillan » de Bernard Borderie.


Office de tourisme
rue de la Barrière,

19500 Collonges-la-Rouge
Tél. : 05.65.33.22.00

 

Mairie de Collonges-la-Rouge 
tél : 05.55.25.41.09

mairie@collonges-la-rouge.fr

www.collonges-la-rouge.fr

 

http://www.vallee-dordogne.com/la-vallee-de-la-dordogne/les-villages/collonges-la-rouge

À voir également dans le département

La Confrérie de la Farcidure et du Millassou

La Confrérie de la Farcidure et du Millassou

placeSainte-Fortunade - Corrèze 
label Fêtes & festivals, confréries  

La Forteresse de Ventadour, berceau des Troubadours

placeMoustier Ventadour - Corrèze 
label Châteaux & Monuments  

La forteresse de Ventadour

placeMoustier Ventadour - Corrèze 
label Etonnant... non ?  

Le Centre de Découverte du Moyen-âge, comme si vous y étiez

placeEgletons - Corrèze 
label Musées & Collections  

Nos partenaires