Cariatides, colonnes, balustres, rosaces et médaillons...

Beaucoup d’immeubles toulousains et autres constructions doivent beaucoup à la famille Virebent. D’autres s’en sont inspirés.
Auguste Virebent né en 1792 à Toulouse et mort en 1857 était un architecte briquetier toulousain. Fils de Jacques-Pascal Virebent, il crée en 1830 une usine de céramique artistique au pied de la colline de Miremont.
Le 18 juillet 1831, il dépose un brevet d'invention d’un système de presses pour fabriquer de la brique. C'est le début de son industrialisation. Elle permet d'obtenir des formes et des dimensions différentes et surtout un format identique et une texture plus fine, plus facile à tailler
Avec sa concurrente, la manufacture Giscard, la manufacture Virebent a contribué à façonner l'ornementation de l'architecture néo-classique toulousaine par sa production de cariatides, consoles, chapiteaux, éléments de colonne, balustres, modillons, rosaces et médaillons...

À voir également dans le département

Quand Les Jacobins étaient une écurie

placeToulouse – Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  
L'ensemble de la Fonderie

L’Espace muséographique « Georges Baccrabère », le musée le plus secret de Toulouse

placeToulouse – Haute-Garonne 
label Musées & Collections  

La Fête de la Cocagne

placeSaint-Félix Lauragais - Haute-Garonne 
label Fêtes & festivals, confréries  

Bernadette dans la ville rose

placeToulouse - Haute-Garonne  
label Cultes religieux, mystiques & païens  

Nos partenaires