Cruelle Toulouse…

Tout au long de son Histoire, Toulouse, ville où il fait bon vivre, a connu quelques moments peu agréables…

Quelques lieux 

Place Saint Georges
Lorsque vous dégustez un café Place Saint Georges, vous n'allez pas vous douter que c'est sur cette même place que l'on rouait, brulait et exécutait les condamnés.
Une plaque rappelle qu'ici a été condamné par le Parlement de Toulouse le 10 mars 1762 le protestant Jean Calas accusé de l'assassinat de son fils. Une exécution injuste puisque celui-ci s'était suicidé. Triste mémoire de l'Histoire et de ses temps obscurs si bien décrits par Voltaire.
Calas est condamné au supplice de la roue. Il subit la question, une longue séance de torture, mais n'avoue rien. Il clame son innocence. Roué Place Saint-Georges, Jean Calas est étranglé puis brûlé deux heures plus tard.

Rue du Taur
Saturnin, qui est l'autre nom de Sernin, envoyé de Rome par le pape Fabien, pour évangéliser la Gaule s'arrête à Toulouse 
En 250, il passe fréquemment  devant le Capitole qui était, à l'époque le  temple majeur de la cité antique. Des prêtres païens lui demandèrent d'honorer l'empereur en lui sacrifiant un taureau. Son refus valut à Saturnin d'être attaché au taureau du sacrifice. La légende raconte que le taureau, pris d'une rage folle, descendit à toute allure les marches du Capitole, traînant derrière lui l'évêque. Sa tête explosa sur les marches du temple.
Le taureau aurait rejoint la campagne en passant par la porte nord de la ville. Cette porte était située à l'emplacement de l'actuelle place du Capitole. Le taureau aurait abandonné Saturnin sur la route de Cahors,

Maison de l'Inquisition
En 1233, le Pape Grégoire IX envoie ses missionnaires dans le centre et le nord du Royaume de France pour chasser les hérétiques. La situation est devenue si inquiétante pour le Saint-Siège que l'inquisition, confiée aux Dominicains de Toulouse, présidera des tribunaux fixes à Toulouse et Carcassonne. Les inquisiteurs habitent dans la maison même où est installé le tribunal, face au Palais de Justice actuel. 
C'est ce que l'on appelle la « Maison de l'Inquisition » où sont aussi entreposées les archives. Ces bâtiments possèdent leur propre prison, appelée le mur. 
Bernard Gui l'inquisiteur   en charge à Toulouse dans les années 1310, compterait  à son actif 18 hérétiques brûlés vifs et 65 emprisonnés à perpétuité.

Il sera le dernier grand inquisiteur du Sud de la France même si l'on continue à nommer des représentants de la foi  aux 14e et 15e siècles.  Le Parlement de Toulouse aurait fait brûler 400 sorciers en 1577.

À voir également dans le département

De la voie romaine au Château Narbonnais : le Palais de Justice de Toulouse

placeToulouse – Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  

Achille Talon de Toulouse

placeToulouse – Haute-Garonne 
label Gens d'ici  

Les Visiteurs... le retour

placeToulouse - Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  
Bruno Granja

Hollywood sur Garonne

placeCugnaux – Haute-Garonne 
label Etonnant... non ?  

Nos partenaires