logo Grand Sud Insolite

Découvrir le Grand Sud
en empruntant les chemins de traverse,
hors des sentiers battus !
Insolite, oublié, bizarre, mystérieux, original, curieux, pittoresque, méconnu, merveilleux...


Vous êtes ici : Accueil / Régions / Provence Alpes Côtes d'Azur / 06-Alpes-Maritimes / L’horrible légende de la Reine Jeanne / imprimer l'article
Coaraze – Alpes-Maritimes

L’horrible légende de la Reine Jeanne

Petite fille de Robert d’Anjou, première du nom, reine de Jérusalem, de Naples et de Sicile, duchesse de l’Apouille, princesse de Capoue, comtesse de Provence, de Nice et du Piémont., la Reine Jeanne est « l’héroïne » d’une bien horrible légende.
On raconte, que faisant retraite au château de Rocca Sparvièra, dont les murailles dominaient le col Saint-Roch, le Reine, très pieuse voulut assister à la messe de Noël et descendit à Coaraze par un sentier à travers les pins.
Chemin faisant, retentit à ses oreilles une troublante prédiction : « La regina en venant de la messa, troverà taula messa.» (La reine en rentrant de la messe, trouvera table mise.)
La reine, obsédée par la prophétie, quitta précipitamment l’office, au grand émoi des fidèles qui pensèrent que la reine avait le diable dans la tête. Profitant de son absence, ses ennemis s’étaient emparés de ses enfants, les avaient tués pour les rôtir, et en avaient confectionné un plat...
L’appétit aiguisé par la fatigue et le froid, elle s’accommoda fort bien, à son retour, du repas préparé et mangea ses propres enfants.
Mais, apprenant qui elle venait de manger, elle s’enfuit comme une folle et redescendit sur Coaraze en hurlant une malédiction contre le lieu maudit où un si exécrable forfait venait d’être accompli : « O ròca, ròca roquina, un jorn vendrà que sus li tieu cimas canterà plu ni gal ni galina, mas solets lu esparviers e autres aucèus sarvatgiers ! » (Roche sanglante, un jour viendra où sur tes cimes, ne chantera plus ni coq ni poule, mais seulement les éperviers et autres oiseaux sauvages !)
Bon, cela c’est la légende. La vérité oblige à dire que Jeanne n’eut pas d’enfants de ses trois premiers maris et ne vint jamais dans la vallée.
Reste la malédiction… Rocca Sparvièra dépérit peu à peu, fut détruite par un tremblement de terre au XIXe siècle puis déserté par ses habitants…  Restent les éperviers…
Etonnant, non …

Nos partenaires :

Objectif Aquitaine : magazine régional d'informations Tlse - Cadeaux, tee-shirts, accessoires et carterie aux couleurs de Toulouse Les montres Lip, des modèles d'exception ! Sortir avec l'habitant et découvrir de nouvelles activités